Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 01:11

Film culte s'il en est, Philadelphia le drame réalisé par Jonathan Demme avec un Tom Hanks au sommet et du toujours impeccable Denzel Washington est resté dans les mémoires, brisant les taboo sur cette terrible maladie qu'est le Sida.

 

J'ai lu, il y a peu que les jeunes d'aujourd'hui sont de moins en moins informés sur cette maladie. Globalement, les Français sont assez bien informés sur le sida mais les jeunes le sont moins que la moyenne, révèle une enquête sur les "connaissances, attitudes, croyances et comportements face au VIH/sida" menée par l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) auprès 26500 personnes. Les résultats disponibles pour le moment portent sur l'échantillon de 8600 Franciliens. 99% d'entre eux savent que le virus peut être transmis "lors de rapports sexuels sans préservatif" ou à cause "d'une piqûre de drogue avec une seringue déjà utilisée" mais les idées fausses continuent à circuler: 21% croient que le sida peut se transmettre par une piqûre de moustique, 13% "dans les toilettes publiques" et 6% "en buvant dans le verre d'une personne contaminée", relève Libération. C'est pour cela que j'ai montré ce film à mes enfants afin qu'il se mieux rendent compte de ce qu'est cette terrible maladie.

  

Synopsis : Andrew Beckett est un brillant avocat. Sa carrière est prometteuse dans le cabinet de Charles Wheeler, fondateur du grand cabinet d'avocats de la ville. Adulé par son milieu, rien ne semble pouvoir ralentir son ascension. Mais, un jour, ses associés apprennent qu'Andrew est atteint du virus du SIDA, il est licencié pour faute professionnelle. Andrew décide de ne pas se laisser faire et attaque le cabinet pour licenciement abusif. Il sera aidé par la suite de Joe Miller, avocat noir et très homophobe, qui est très populaire dans la ville et aussi sur les écrans, après avoir été réticent à le défendre en violant les droits ou les lois. (16-4)

   Tom Hanks a perdu jusqu'à 11 kilos pour incarner Andrew Beckett, au fur et à mesure de la progression de la maladie du personnage.  En jouant un avocat homosexuel atteint du sida dans Philadelphia, il obtient son premier Oscar du meilleur acteur en 1993 et acquiert de ce fait la reconnaissance du public et de ses pairs. Il recevra une nouvelle statuette pour sa prestation dans Forrest Gump l'année suivante; privilège rarissime que seul le grand acteur Britannique Spencer Tracy possédait avant lui. Daniel Day-Lewis, Michael Keaton et Andy Garcia étaient pressentis pour incarner Andrew Beckett. Ce film est en fait largement inspiré (pour au moins 54 scènes selon la conciliation légale) de la vie de Geoffrey Bowers, avocat licencié par le cabinet Baker & McKenzie.

 Au casting aux côtés de Tom Hanks et Denzel Washington : Jason Robards, Antonio Banderas, Joanne Woodward, Charles Napier, Anna Deavere Smith et Mary Steenburgen.
    Des récompenses bien mérités avec : Oscars du cinéma 1994  Meilleur acteur pour Tom Hanks et Meilleure chanson originale (Bruce Springsteen). De plus, Golden Globe Award 1994 avec Meilleur acteur dans un film dramatique (Tom Hanks) et Meilleure chanson originale (Bruce Springsteen) et enfin ax MTV Movie Awards 1994 pour la Meilleure performance masculine (Tom Hanks).
La ville de Philadelphie est née du rêve de son fondateur, William Penn, qui souhaitait montrer un exemple de tolérance aux autres nations. C'est là que se trouve l'intérêt du choix de cette ville et le paradoxe, entre cette ville symbole de tolérance et l'intolérance vis-à-vis des personnes atteintes du Sida que ce film dénonce.

Le réalisateur s'explique sur le choix de la ville ou se déroule l'histoire : «Nous avons cherché la “vraie ville américaine” et nous avons choisi Philadelphie parce que c'est “la ville de l'amour fraternel” comme nous l'appelons ici, et que c'est là que fut adoptée la Déclaration de l'Indépendance, ce qui donne une nouvelle dimension à une histoire parlant de justice et de fraternité.» ."J'ai fait ce film pour des gens comme moi, hétérosexuels ayant peur du sida par ignorance, élevés dans le mépris des homosexuels". J.Demme.

Mon avis :  Philadelphia est un drame magnifiquement interprété, montrant des êtres au coeur de leur souffrance, face à l'incompréhension et à la haine envers les homosexuels en général et le Sida en particulier.Denzel Washinton (lui aussi très bon)  prouve à travers son personnage qu'il est possible de passer de préjugés basé sur des "on dit" à  un nouveau regard plus juste et plus tolérant sur l'homosexualité et le Sida.Un film puissant, poignant et émouvant qui ne laisse personne indemne.

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Mes films cultes
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 00:03

dracula.jpg

Le mythe du vampire a toujours inspiré le cinéma au point qu’il constitue une part importante de son histoire. Du NOSFERATU de Murnau, chef d’œuvre de l’expressionnisme allemand, à LA MARQUE DU VAMPIRE de Tod Browning, du DRACULA de Coppola en passant par ENTRETIEN AVEC UN VAMPIRE de Neil Jordan, la représentation de cette créature de la nuit à l’écran n’a cessé de fasciner.

Les plus anciens vous parleraient de Bela Lugosi, les moins anciens de Christopher Lee ou encore de Vincent Price dans le rôle du célèbre Vampire. De nos jours la trilogie Underworld mais surtout la quadrilogie Twilight en passant par des séries TV comme Buffy contre les Vampires, True Blood ou Being Human. Le mythe est même devenu une comédie musicale.

Une Nuit en Enfer et Dracula 2000

A mon époque, (pas si lointaine que ça) il y avait des films comme Entretien avec un Vampire avec Tom Cruise, Brad Pitt, Kristen Dunst, Christian Slatter et Antonio Banderas ou encore Une Nuit en Enfer, un Road-Movie sanguinaire avec (excusez moi du peu), Georges Clooney, Quentin tarantino (et oui !), Salma Hayek, Juliette Lewis et Harvey Keiltel. Plus tristement il y eut Dracula 2000 avec Gerard Butler. Mais le film culte des ce début 90' est et restera le Dracula de francis Ford Coppola !

Mais historiquement, d'ou vient le mythe et qui était Vlad dit "l'empaleur" ?

 Le voïvode Vlad III Basarab, surnommé epe (« l'Empaleur »), né fin novembre début décembre 1431 à Târgovite ou, selon certains auteurs, à Schässbourg/Sighioara - mort au combat en décembre 1476 à Bucarest, a été prince de Valachie en 1448, puis de 1456 à 1462 et en 1476 et à inspiré la légende de Dracula.En 1442, Vlad epe est envoyé comme otage au sultan Mourad II, avec son jeune frère Radu cel Frumos (Radu le Beau) ; il est retenu à Andrinople jusqu'en 1448, et son frère jusqu'en 1462. En sa qualité d'otage princier, il avait certains privilèges tel que celui de pouvoir étudier, correspondre, disposer de pages et de serviteurs. Le supplice du pal était encore inconnu à cette époque chez les chrétiens, mais était l'apanage des Ottomans : on peut raisonnablement penser que "Draculea" a découvert ce supplice durant son séjour à Andrinople.

 

Bela Lugosi, Christopher Lee, Vincent Price

Franck Langella et Gary Oldman

Dracula, le Seigneur de la Nuit ! Bram Stoker n'aurait sans doute jamais cru que son personnage du comte Dracula aurait connu une telle célébrité à travers le monde ! Son vampire immortel l'est bien, traversant les unes après les autres nos générations de pauvres mortels, fascinant encore et toujours plus, entraînant des dizaines et des dizaines de versions de romans et de films de vampires de toutes sortes. De même, Vlad l'Empaleur, le vrai Dracula, était loin de se douter au XVe siècle que son nom résonnerait à travers le temps par l'intermédiaire de ce buveur de sang ! Bela Lugosi l'interpréta en 1931 dans son Dracula grimaçant, Christopher Lee l'incarna plusieurs fois pour la Hammer, Frank Langella endossa brillamment le rôle en 1979 dans la splendide version de John Badham et enfin Gary Oldman en 1993 fut impressionnant dans le chef-d'oeuvre de Coppola.

 

Transylvanie, 1462. Le comte Vlad Dracula, chevalier roumain, part en guerre contre les Turcs en laissant derrière lui sa femme Elizabeta. Cette dernière met fin à ses jours lorsqu'elle apprend la fausse nouvelle de la mort de son bien-aimé. Fou de douleur, Vlad Dracul renie l'Église et déclare vouloir venger la mort de sa princesse damnée à l'aide des pouvoirs obscurs, devenant ainsi un vampire sous le nom de Dracula...

1897 - Jonathan Harker, un jeune clerc de notaire se rend en Transylvanie afin de conclure une vente immobilière de l'Abbaye de Carfax . En effet, son client, le comte Dracul désire s'installer à Londres. Rapidement, le jeune homme, témoin de faits de plus en plus étranges, ne va pas tarder à découvrir la terrible réalité, Dracula est un vampire très puissant ! Au moment de la signature finale de la vente, Dracula découvre que Mina, la fiancée de Harker est semblable en tous points à sa défunte épouse Elisabeta. Harker se retrouve prisonnier des compagnes vampires de Dracula qui le vident de son sang, le rendant ainsi inapte à s'échapper du château. Il ne doit son salut qu'à sa bonne étoile et réussit quand même à s'enfuir plus mort que vif. Pendant ce temps, Dracula décide alors d'aller retrouver Mina à Londres et se fait transporter sur le Demeter dans des caisses remplies de sa terre natale. Le monstre débarqué en Angleterre l'a retrouve, et voit en elle la réincarnation vivante de sa femme qu'il adora près de 400 ans auparavant ! La belle, de son côté, s'avère plus que troublée. Mais la bête amoureuse n'en demeure pas moins redoutable ; ses morsures transforment irrémédiablement ses victimes en morts vivants affamés de sang . Et lorsque Mina, littéralement vampée, choisit par amour de rejoindre le camp des Ténèbres, il ne reste plus comme seul recours pour espèrer la sauver : La traque et l'anéantissement de Dracula...  

La Belle et Le Vampire                           Van Helsing/ Anthony Hopkins

Les différents visages du Comte dans le film de Coppola



Casting du film : Gary Oldman (Dracula), Winona Ryder (Mina Murray/Elisabeta ), Anthony Hopkins (Prof. Abraham Van Helsing/Chesare), Keanu Reeves (Jonathan Harker), Richard E.Grant ( Le docteur Jack Seward), Cary Elwes (Lord Arthur Holmwood), Sadie Frost ( Lucy Westenra) Billy Campbell (Quincey P. Morris), Monica Belluci (Compagne de dracula) 

Les compagnes du Comte Dracula

 

Le film a été un grand succès commercial, rapportant 215 862 692 $ dans le monde entier (82 522 790 aux États-Unis et 133 339 902 dans le reste du monde), ce qui le classe à la neuvième place du box-office mondial des films sortis en 1992.

Le scénario était originellement destiné à être un téléfilm. C'est Winona Ryder qui l'a présenté à Francis Ford Coppola et celui-ci a décidé d'en faire un film. Le portrait du Comte Dracula qu'on peut voir accroché sur un mur du château est en réalité l'autoportrait d'Albrecht Dürer mais avec le visage de Gary Oldman. La 29e minute du film nous permet d'ailleurs d'apercevoir une version de la Vierge au serin du même Dürer, œuvre datant de 1506 et dont l'original est conservé au Staatliche Museen de Berlin. Le film de Francis Ford Coppola tente de revenir aux sources de la légende de Dracula. Son scénario est ainsi fidèle à l'œuvre écrite par Bram Stoker et s'éloigne des clichés des versions cinématographiques précédentes. En revanche, l'une de ses originalités par rapport au livre a été l'introduction d'un certain érotisme qui fut critiqué lors de la sortie du film.

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Mes films cultes
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 00:59

Les rumeurs courent dans le milieu Hollywoodien que Mister Bruce reprendrait du service une 5ème fois en réhendaussant son rôle culte de John McLan ! Le film serait en chantier avec à la baguette comme réalisateur John Moore.

Lors de la promotion américaine de son dernier film Cop Out, Bruce Willis a confirmé lui-même dans une interview pour  MTV que Die Hard 5 entrerait l’année prochaine en phase de production. Les traits de caractère de son personnage, ours mal léché par nature, qu'il est ravi de voir vieillir à l'écran de ses 31 ans dans Piège de Cristal en avait 52 dans Die Hard 4. Un cinquième épisode ouvrirait ainsi, selon lui, un regard nouveau sur ce héros qui coure de moins en moins vite avec le temps… 

Un cinquième épisode donc des aventures de la franchise Die Hard, qui devrait conduire John McClane (Bruce Willis) et son fils en Russie a trouvé son réalisateur. John Moore (Max Payne, En Territoire Ennemi ) remplacera Noam Munro qui a quitté le projet pour se consacrer à  «300: Battle Of Artemisia». Le scénariste Skip Woods (The A-Team, Hitman, X-Men Origins: Wolverine) qui est au commande du prochain volet des aventures de John McClane aurait choisi un membre de la famille Gruber pour ajouter quelques taches de sang sur le marcel de notre héros préféré.

Vous vous souvenez probablement que Hans et Simon qui avait mal terminé les opus 1 et 3 de la saga :

Alors qui de Yvan Gruber (le fils adoptif de Hans et Simon) ou de Svetlanilta Gruber (La petite cousine de frère de l’électricien qui a installé la climatisation chez la matriarche Gruber en 1664) sera de la partie ?

Je vous laisse découvrir ça en 2012 …

 

Bruce Willis a même étéconfirmé au journal américain FHM qu’un Die Hard 5 était en préparation et qu’il se verrait bien camper le rôle de John McClane encore une sixième fois, avant d’envoyer son héros couler une retraite paisible et bien méritée. L’acteur répondait à une interview du magazine américain FHM et n’était pas avare de confidences: «Dans quelques années, ils pourraient facilement me remplacer ou créer un nouveau personnage. Mais je veux faire Die Hard 5 , plus un dernier épisode avant de raccrocher le costume une bonne fois pour toutes. Aujourd'hui, je peux encore courir et me battre. Mais ce ne sera pas toujours le cas. Alors, je quitterai la saga Die Hard».

Piège de Crystal                                    58 minutes pour vivre

Une Journée en Enfer                                   Retour en Enfer

Dans le 1er, il sauve le Nakatomi Plazza de L.A, dans le second l'un des Aéroports de N-Y-C, dans le 3ème Big Apple tout entier et dans le 4ème les States ! Conclusion, John va sauver le monde dans ce 5ème opus et comme il le dit lui-même : " Cela doit devenir mondial ! Ce sera ma contribution au film. "


On comprend que Bruce Willis s’accroche à son personnage de John McClane. C’est grâce à lui qu’il a réussi son passage du petit écran au grand. Héros de la série télé Clair de Lune, c’est avec le premier Die Hard, Piège De Cristal, en 1988, que Bruce Willis lance sa carrière ciné et connaît la gloire. Un succès confirmé par les suites qui ont été données avec 58 Minutes Pour Vivre en 1990 et Une Journée En Enfer en 1995. Même lorsque la franchise a été ressuscitée douze années plus tard avec Retour en Enfer, le public était au rendez-vous, le film récoltant quelques 378 millions de dollars à travers le monde.Sans parler des diffusions télé des films, devant lesquelles les téléspectateurs se ruent en nombre.

En attendant, on verra Bruce Willis dans Expendables 2 de Sylvester Stallone

 et dans Ten, un long-métrage réalisé par le Français Patrick Alessandrin.

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Mes films cultes
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 21:30

2 films cultes de la fin et debut des années 90: Rain Man (1989) et Forrest Gump (1994). Le premier est autiste, le second à un QI inférieur à la moyenne et pourtant ces personnes qui à la base n'ont pas les capacités mentales pour devenir des personnes extraodinaires vont connaître malgré elles un destin hors du commun !

Aux States, il y a ce que l'on appelle "Le Rêve Américain" ou comment devenir une célébrité du jour au lendemain alors que l'on est qu'un simple quidam...

RAYMOND

  A la mort de son père, Charlie Babbitt, homme d'affaires pressé, hérite d'une vieille Buick qu'il convoitait depuis longtemps mais se voit spolié de quelque trois millions de francs versés à l'Institution psychiatrique Wallbrook au profit d'un bénéficiaire anonyme. Charlie se rend à Wallbrook et découvre l'heureux bénéficiaire. Il s'agit de Raymond, savant autiste, celui qu'il appelait dans son enfance Rain Man, qui représente ses seuls souvenirs heureux...

 

VALERIA GALINO

Charlie Babbit est un égoïste qui espère recevoir un gros héritage suite à le mort de son père qu'il ne voit plus depuis longtemps. Mais c'est à Raymond, son grand frère dont il ignorait l'existance à qui revient cette fortune. Raymond est autiste savant. Placé dans un établissement car il présente de graves déficiences mentales dont certaines tiennent du génie comme les mathématiques. Charlie enlève son frère de l'institue et l'entraine sur les routes à travers le pays pour le ramener à Los Angeles. Au cours de ce voyage initiatique et malgré leur méfiance  mutuelle, un lien fort commence à les unir lorsqu'ils partagent la douleur de leur souvenir...Un passage par les casinos de Las Végas vont changer leur vie...

  Ray Babbitt est inspiré du savant autiste Kim Peek

Des récompenses bien méritées :

Ours d'Or au Festival de Berlin

Oscar du meilleur film

Oscar du meilleur réalisateur - Barry Levinson

Oscar du meilleur scénario original - Ronald Bass et Barry Morrow

Oscar du meilleur acteur - Dustin Hoffman

Golden Globe du meilleur film dramatique

Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique - Dustin Hoffman

FORREST

Une plume s'envole et atterrit aux pieds de Forrest Gump, un simple d'esprit, assis sur un banc en attendant le bus. Il va raconter la fabuleuse histoire qu'est sa vie aux passants qui viendront s'asseoir sur le banc. La vie de Forrest Gump sera à l'image de la plume, que l'on aperçoit au début et à la fin du film et qui se laisse porter par le vent tout comme Forrest Gump se laisse porter par ses aventures incroyables dans l'Amérique de la seconde moitié du XXe siècle.

 

Entre son enfance où il était physiquement handicapé par son dos et le moment même où il raconte son histoire, Forrest Gump sera champion de football américain, soldat au Viêt Nam (il recevra la médaille d'honneur du congrés), champion de ping-pong dans l'équipe américaine militaire, marathonien exceptionnel (il court sans s'arrêter pendant plus de 2 ans), capitaine de crevettier, et... milliardaire.

 

Une partie de l'histoire des USA à travers les yeux de Forrest

Il rencontre Elvis Presley,  George Wallace, John F. Kennedy, Lyndon Johnson, Jerry Rubin, John Lennon, Richard Nixon et Abbie Hoffman...Sa mère l'aurait appelé Forrest en mémoire de Nathan Bedford Forres un créateur du Ku Klux Klan pour souligner le fait que parfois, dans la vie « on fait des choses qui n'ont pas beaucoup de sens ». Il raconte cette anecdote à une jeune femme qui attend l'autobus à côté de lui et qui, comble de l'ironie, est noire.

 

Forrest Gump dénonce notamment ce qui deviendra l'affaire du Watergate. Les lumières que Forrest aperçoit dans l'immeuble d'en face et qui l'empêchent de dormir sont en fait les lampes torche du commando chargé de poser un appareil d'écoute dans la chambre des démocrates (alors adversaires de Richard Nixon) à l'intérieur du Watergate, grand hôtel de Washington. La véritable histoire est que le concierge de l'hôtel a prévenu la police d'un cambriolage. Forrest Gump a donc déclenché l'affaire du Watergate en appelant ce concierge. Comble d'ironie encore une fois car c'est Nixon lui-même qui lui a fourni la chambre d'hôtel d'où Forrest a aperçu les lumières. Lors de son retour du Viêt Nam, après avoir retrouvé Jenny parmi les pacifistes venus manifester à Washington contre la guerre, il rencontre des membres du Black Panther Party, présenté à eux par un étudiant de Berkeley.   En faveur de la détente, les États-Unis ont tenté un rapprochement avec la Chine qui n'a plus d'alliés. La rupture sino-soviétique de 1964 est définitive. Tout débute par des relations secrètes entre Pékin et Washington qui se manifestent par des compétitions de tennis de table dont Forrest Gump est le fervent représentant. Grâce à ses paroles sur un plateau de télévision en rentrant de Chine, il inspirera à John Lennon sa célèbre chanson Imagine.

La maison des Gump accueille Elvis Presley, alors parfait inconnu, et à qui, à cause de ses prothèses, Forrest inspire son fameux jeu de jambes pendant que le King joue Hound Dog. Jenny annonce à Forrest qu'elle est atteinte d'un « virus inconnu que les médecins ne peuvent pas guérir ». À ce moment du film les protagonistes sont en 1981 (comme l'indique la publicité pour la voiture élue « automobile de l'année 1981 » placardée sur les bus de passage) ce qui peut laisser à penser que Jenny est malade du sida. Forrest Gump a aussi participé au refus de George Wallace de laisser entrer deux étudiants noirs, Vivian Malone et James Hood, dans l'Université d’Alabama, le 11 juin 1963. Forrest Gump est l'inventeur involontaire du smiley. Lorsqu'il court à travers les États-Unis, un homme veut le prendre en photo pour le mettre sur ses T-shirts. Mais une voiture éclabousse les deux hommes qui se retrouvent couverts de boue. Forrest s'essuyant le visage avec le T-shirt jaune y laisse le dessin mondialement connu. Il s'en va en criant au représentant: « Gardez le sourire ! ». Forrest Gump est actionnaire d'Apple qu'il croit être une coopérative fruitière, son logo représentant une pomme (Apple en anglais). Forrest Gump inspira les célèbres autocollants pour voitures "shit happens". Lorsqu'il court a travers les États-Uni, un homme lui demande de l'aide pour trouver un slogan pour ses autocollants, mais juste a ce moment il marche dans une crotte de chien et lorsque l'homme le lui fait remarquer il lui répond: « ça arrive ! » ("Shit happens", grossièrement "la merde arrive" en anglais). Lors de la manifestation devant le capitole à Washington contre La Guerre du Viêt-Nâm, Forrest rencontre l'activiste Abbie Hoffman alors vêtu d'une chemise aux couleurs des Etats-Unis.

Une pluie de récompense !

Oscar du meilleur film

Oscar du meilleur réalisateur : Robert Zemeckis

Oscar du meilleur scénario adapté : Eric Roth

Oscar du meilleur acteur : Tom Hanks

Oscar du meilleur montage : Arthur Schmidt

Oscar des meilleurs effets visuels: Ken Ralston, George Murphy, Stephen Rosenbaum, Allen Hall et Doug Chaing  

Golden Globe du meilleur film dramatique

Golden Globe du meilleur réalisateur : Robert Zemeckis

Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique : Tom Hanks

A VOIR ET A REVOIR SANS MODERATION !

Repost 0
Published by latuile76 - dans Mes films cultes
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 00:52

Parmis les autres films sur le monde de la Mafia qui ont marqué, il y a bien sur l'incontournable Scarface de Brian De Palma, mais aussi le très bon New Jack City de Mario Van Peebles et dernièrement l'excellent Américan Gangter de Ridley Scott.

SCARFACE (1983)

Antonio "Tony" Montana, joué par Al Pacino, est le personnage principal du film Scarface qui veut dire "Balafré" surnom qui lui est donné à cause de sa cicatrice au visage.

Le Scarface de Brian de Palma est un remake d'un film de 1932 également intitulé Scarface, qui relate l'histoire d'un immigré bâtissant un empire sur le trafic d'alcool, alors illégal (Prohibition). Brian de Palma a réactualisé l'histoire en changeant l'origine du héros et les trafics auxquels il est lié, cependant Antonio Montana se fait appeler "Tony" comme le héros de 1932 d'origine Italienne. Le film de 1932 décrit de manière indirecte Al Capone qui était autrefois surnommé Scarface.

 

En 1980, lors de l'exode de Mariel, les États-Unis de Jimmy Carter offrent l'asile politique et le rêve capitaliste américain aux immigrés opposants au communisme que Fidel Castro expulse de Cuba après les avoir dépouillés, mais il en profite également pour se débarrasser des prisonniers de droit commun, dont on estime qu'ils étaient 25 000 parmi les expulsés cubains. Antonio Montana (Al Pacino) dit Tony et son ami Manolo "Manny" Ribera (Steven Bauer), deux petits malfrats cubains issus de la rue, font partie des expulsés et profitent de cette chance pour migrer vers Miami dans l'espoir de faire fortune. À leur arrivée sur le sol américain, ils sont accueillis dans un camp de réfugiés. Manny trouve alors une combine auprès d'un caïd de Miami qui leur propose une carte verte américaine contre un contrat d'assassinat qu'ils honorent en exécutant un ressortissant communiste du camp.

NEW JACK CITY (1991)

Deux flics, l'un afro-américain, l'autre italo-américain, ayant souffert de la drogue pendant leur enfance, se jurent de démanteler le réseau du redoutable "Nino Brown", qui règne sur Harlem.

Nino Brown est le chef redoute du gang des Cash Money Brothers. En quelques annees, par la violence et la corruption, il a reussi a monter son empire du crack en formant des dealers qu'il rend esclaves de ce plaisir interdit. Aujourd'hui, il est le prince de Harlem l'ange de la mort de "New Jack City". Deux flics le traquent...   

AMERICAN GANGSTER (2007)

New York, 1968. La guerre du Viêt Nam fait rage, autant que celle qui oppose les nombreuses familles de la pègre new-yorkaise, dont celle bien particulière de Bumpy Johnson à Harlem. Bumpy n'est pas un parrain ordinaire : il est noir, humaniste et généreux (il offre des dindes aux démunis à Thanksgiving), il fait payer un loyer de secteur peu élevé...

Quand Bumpy vient à mourir, Frank Lucas, son chauffeur et bras droit, décide de reprendre les affaires en main, en mettant au point une nouvelle stratégie de deal : vendre de l'héroïne directement importée du Viêt Nam et coupée 1 fois (de "marque" Blue Magic) à la moitié du prix de l'héroïne coupée 4 fois habituellement vendue par les dealers. Le succès est immédiat et Frank écrase littéralement ses concurrents. Mais l'inspecteur Richie Roberts, suite à la mort par overdose de son ancien coéquipier, s'intéresse à cette nouvelle drogue, la « Blue Magic », et se battra afin de faire tomber le roi Frank Lucas de son trône.

                                   Faîtes votre choix !

Repost 0
Published by chrys76 - dans Mes films cultes
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 01:49

Trois très grands films sur le monde des mafioso qui je penses font partie des meilleurs films fait sur ces gangters d'origine italiennes !

Et pour cause, ils sont tous basés sur des histoires vraies !

LES AFFRANCHIS (1990)

Le film est basé sur le livre Wiseguy, de Nicholas Pileggi racontant l'histoire vraie du gangster Henry Hill qui bénéficie depuis 1987du Programme fédéral de protection des témoins des États-Unis, le FBI le protégeant ainsi lui et sa famille. Pileggi participa à l'écriture du scénario avec Martin Scorsese.

Réalisé par : Martin Scorsese

Avec : Ray Liotta,  Robert De Niro, Joe Pesci, Lorraine Bracco, Paul Sorvino

Depuis sa plus tendre enfance, Henry Hill (Ray Liotta), né d'un père irlandais et d'une mère sicilienne, a toujours rêvé d'être gangster et appartenir à la Mafia. Son rêve devient réalité lorsqu'il devient, à 14 ans, un des hommes à tout faire de Paul Cicero (Paul Sorvino), un capo de la mafia sicilienne de son quartier. Henry fait des rencontres comme Jimmy Conway (Robert DeNiro) et Tommy De Vito (Joe Pesci), qui sera son éternel complice. C'est donc dès l'adolescence dans les années cinquante, qu'il commence à travailler pour le compte de Paulie et voue une grande admiration pour Jimmy Conway, qui a fait du détournement de camions sa grande spécialité. Lucide et ambitieux, il contribue au casse des entrepôts de l'aéroport d'Idlewild et épouse Karen (Lorraine Bracco), une jeune Juive qu'il trompe régulièrement. Mais son implication dans le trafic de drogue le fera plonger...

Bientôt le trio Conway-Hill-De Vito se fait connaître comme « les affranchis », rien ne peut les arrêter sauf la brigade des stupéfiants. Après 2 séjours en prison, la descente aux enfers commence lorsqu'ils tuent un caïd italien de la famille Gambino.

CASINO (1995)

L'histoire est basée sur un ouvrage de Nicholas Pileggi, qui a cosigné le scénario avec le réalisateur ainsi que sur l'histoire réelle de Frank Rosenthal, qui dirigeait plusieurs casinos à Las Vegas, le Stardust, le Fremont, le Marina et l'Hacienda devenu aujourd'hui le Mandalay Bay pour le compte de la mafia de Chicago dans les années 1970 et au début des années 1980, ainsi que d'Anthony Spilotro dit « Tony la fourmi », gangster envoyé par Joey Aiuppa, le boss de la pègre de Chicago, pour protéger Rosenthal.

Réalisé par : Martin Scorsese
   

Avec :

Robert De Niro, Sharon Stone, Joe Pesci, James Woods, Kevin Pollak

 

Dans les années 70, Las Vegas est plus que jamais, sous l'emprise de la pègre, le temple du jeu et de l'argent. La direction du casino le Tangiers est confiée à Sam "Ace" Rosthstein (Robert DeNiro). Celui-ci est tiraillé entre une femme sublime Ginger McKenna (Sharon Stone) mais qui va se détruire la santé dans l'alcool et la drogue, et son ami d'enfance Nicky Santoro (Joe Pesci), homme violent et avide de pouvoir. Ce trio infernal ne pourra que se disloquer avec le temps et l'enfer qu'il vivront.

L'histoire commence à Chicago, au début des années 1970. Parieur professionnel, réputé pour ne rien laisser au hasard, Sam Rothstein s'est attiré les bonnes grâces d'un ponte de la mafia, en le faisant profiter de ses tuyaux juteux. En récompense de ses bons offices et bien que ne possédant pas la précieuse licence obligatoire pour travailler dans un établissement de jeux, Ace se voit bientôt confier la gestion d'un prestigieux hôtel-casino de Las Vegas, le Tangiers. C'est l'un des casinos les plus prospères de la ville et Ace est devenu le grand manitou de Las Vegas, secondé par son ami d'enfance, Nicky Santoro.
Impitoyable avec les tricheurs, Rothstein se laisse donc un jour séduire par une virtuose de l'arnaque d'une insolente beauté, Ginger McKenna. Amoureux, il lui ouvre les porte de son paradis et l'épouse. Ses ennuis commencent alors.

DONNIE BRASCO (1997)

Le film s'appuie sur l'histoire vraie de Joseph D. Pistone, un agent du FBI ayant infiltré la Famille Bonanno, une des Cinq familles de la mafia new-yorkaise durant les années 70.

Réalisé par : Mike Newell
Avec :
Al Pacino, Johnny Depp, Anne Heche, Michael Madsen, Paul Giamatti

En 1978 a New York, l'agent special Joe Pistone (Johnny Depp) est designe par le FBI pour infiltrer le clan Bonanno, une des familles les plus puissantes de la cote Est. Il contacte un modeste porte-flingue de l'organisation, Lefty Ruggiero (Al pacino), aupres duquel il se fait passer pour un specialiste en joaillerie du nom de Donnie Brasco. Coupe de son milieu, Donnie va peu a peu s'identifier a ceux qu'il doit detruire.

Lefty est un gangster de seconde zone, vieillissant mais dont la vie tourne autour de la loyauté envers la famille. C'est un gangster fatigué qui a gâché sa vie et vit avec le poids des remords. Tous deux travaillent pour Dominick "Sonny Black" Napolitano (Michael Madsen), l'anti-gangster classique. Aucun romantisme ce dégage de ce voyou brutal et sans cervelle , un chien enragé aux choix discutables. Ces gangsters ont la nostalgie d'une époque révolue et ressemble plus à une intimidante meute de loups qu'une véritable bande organisée.

Bientôt Donnie n'arrive plus à faire la part des choses, mêlant travail et vie privée et ne donnant plus de nouvelles au FBI. Il est conscient que la moindre erreur dans son travail pourrait entrainer sa mort ou celle de sa famille. De plus, Joe Pistone considère désormais Lefty comme un ami proche et digne de confiance. Il sait que le jour où le FBI arrêtera l'opération, il en sera fini de Lefty.

Nota : Il est forcément évident de signaler que deux de ces trois films ont été réalisé par l'enfant de Big Apple : Martin Scorcese ainsi que la présence dans ses 2 long-métrages de deux acteurs qui sont l'incontournable Robert DeNiro et l'excellent Joe Pesci.

Personnellement, je n'arrive pas à me départager pour dire quel est le meilleur, et vous ?

Repost 0
Published by chrys76 - dans Mes films cultes
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 01:06

Tous le monde se souvient du film culte d'Alex Proyas ou le fils du roi du Kun-Fu, Brandon Lee est accidentellement décédé lors du tournage de...

THE CROW

 «Le Crow était du cinéma novateur: son visuel gothique et ses idées musicales ont influencé une génération en plus d'avoir un impact sur le cinéma lui-même

Synopsis :

La veille de leur mariage, Eric Draven et Shelly Webster sont sauvagement assassinés. Un an plus tard, un corbeau ramène Eric à la vie au coeur d'une ville plongée dans les ténèbres. Eric va se laisser conduire là où sa vengeance l'appelle. Pour que justice soit faite. Pour l'amour de Shelly.

 C'est en écoutant la radio que j'ai découvert quelles sont les véritables circonstances de la mort Brandon Lee. C'est Vincent Perez qui a tourné dans le second volet de la saga qui raconte : " J'ai été appelé pour remplacer Brandon Lee sur le tournage de The Crow pour les scènes qu'il n'avait pas tourner. Ce film raconte que lorsqu'un être meurt mais que son âme est torturée, il revient sur terre pour se venger et trouver le repos... Dans une des scènes, pour prouver à sa fiancée qu'il revient bien du royaume des morts, il se tire volontairement une balle. Les pistolets utilisés sur le tournage étaient des vrais, sauf qu'ils étaient bouchés avec du fer qui a été préalablement coulé dans le canon. De plus, pour que se soit réaliste, de vraies balles étaient utilisées. Suite au rapport de balistique qui a été fait sur l'arme en question, il a été conclut qu'il y avait une bulle d'air dans le fer coulé et que l'arme utlisée a explosé laissant échapper la balle le ventre de Brandon..."

Baroque, poétique, violent, sombre, urbain...tant de mots pour qualifier ce chef-d'oeuvre qui respecte à merveille la bande dessinée initiale. Quant à Brandon Lee, il est tout simplement impressionnant ! Le budget de THE CROW , qui devait avoisiner les 15 millions de dollars à l'origine fut porté à 23 millions afin aussi de compléter numériquement quelques scènes après la disparition de Brandon Lee .

 

Ironie ou plutôt tragedie de l'histoire, son père célèbre Bruce Lee est mort dans des circonstances similaires sur le tournage du JEU DE LA MORT. Tué lui aussi par une balle. A l'époque, plusieurs rumeurs avaient été avancés allant de l'accident jusqu'à l'assassinat par la triade chinoise. La raison "officielle" c'est une réaction allergique à un analgésique.

 Il sont tous deux entérrés l'un à côté de l'autre.

Ils sont inhumés au Lake View Cemetery, Seattle, Washington. USA

Repost 0
Published by chrys76 - dans Mes films cultes
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 01:20

Dans le registre cape et épée made in USA, s'il ya bien un film au dessus des autres dans le genre, c'est bien L'Homme au Masque de fer (1997) de Randall Wallace avec un casting (avec en prime une French Touch) hors-norme qui fait de ce film une référence.

Synopsis : Paris, 1662. Athos, Porthos et Aramis sont désormais à la retraite. Seul D'Artagnan est encore au service des Mousquetaires du roi Louis XIV. Or, ce dernier est un monarque au caractère froid et impitoyable, se préoccupant davantage des frivolités de la Cour que de la misère de son peuple. Afin de mieux séduire Christine, la fiancée de Raoul, le fils d'Athos, le roi n'hésite pas à envoyer le jeune homme à la guerre où ce dernier trouve la mort. Les trois anciens mousquetaires décident alors de se venger du souverain. Pour ce faire, Aramis a fomenté un plan...

Le film a été tourné en France au Château de Vaux-le-Vicomte et dans le Vieux Mans. Il est librement adapté du roman d'Alexandre Dumas, le Vicomte de Bragelone. D'Artagnan est présenté dans le film comme ayant été l'amant d'Anne d'Autriche, ce qui n'est nullement le cas dans le roman.

 Léo DiCaprio avec de Randall Wallace

Le Casting en Or !!!

Leonardo DiCaprio : Louis XIV / Philippe

Jeremy Irons : Aramis 

John Malkovich : Athos 

Gérard Depardieu : Porthos 

Gabriel Byrne : D'Artagnan 

Anne Parillaud : Anne d'Autriche 

Judith Godrèche : Christine Bellefort

Peter Sarsgaard : Raoul de Bragelonne

Edward Atterton : Lieutenant André

Hugh Laurie : Pierre, conseiller du roi

David Lowe : un conseiller du roi

Emmanuel Guttierez : François, l'ami du roi

 

Mon avis : C'est pour moi le top du top !!! Avec des acteurs de références pour un film qui combine aussi bien l'action que l'histoire et sans temps mort. C'est une vraie réussite artistique avec de superbes décors. Il est vrai que ce n'est qu'un film d'aventure mais il faut bien reconnaître qu'avec un tel casting, il est difficile de prétendre que ce film n'est qu'une énième adaptation très libre du livre d'Alexandre Dumas et de notre histoire de France (sous le règne du jeune Louis XIV)... Bien au contraire, vous ne trouvez pas ?

Les libertés prises pour le film :

Le Roi-Soleil Louis XIV avait bien un frère du nom de Philippe, portant le titre Monsieur, mais qui n'était pas un frère jumeau et qui fut très connu par la cour (connu par son caractère efféminé et ses mignons). Or, dans le film, Philippe est l'homme au masque de fer et le frère jumeau du roi.

Louis XIV ne fut jamais un bon roi se préoccupant du peuple. Mais sur son lit de mort, il dit à son arrière petit-fils de se soucier du peuple. Or, dans le film, Philippe, qui prend la place de Louis XIV, est un bon roi (en bref, Philippe est bon et Louis, mauvais).

UN PEU D'HISTOIRE...

 Marie Arouet dit  Voltaire et "Le Siècle de Louis XIV"  

D'où vient l'énigme de l'Homme au masque de fer ?
Le mystère du Masque de fer est l'un des plus célèbres de l'histoire. Voltaire est le premier à évoquer cette légende. Il publie en 1751 le "Siècle de Louis XIV", où il affirme qu'on "envoya dans le plus grand secret, au château de l'île Sainte-Marguerite [...] un prisonnier inconnu". Ce prisonnier avait un "masque dont la mentonnière avait des ressorts d’acier, qui lui laissaient la liberté de manger avec le masque sur le visage. On avait ordre de le tuer s'il se découvrait". D'après Voltaire, "on ne lui refusait rien de ce qu'il demandait".

 De multiples hypothèses ont été imaginées pour résoudre ce mystère, la plus célèbre faisant de cet inconnu un frère jumeau de Louis XIV, qui aurait été dissimulé pour éviter toute contestation sur le titulaire du trône. Alexandre Dumas a popularisé en 1850 cette légende dans son roman "Le vicomte de Bragelonne", relayé ensuite par Marcel Pagnol ("Le Masque de fer", 1965). Aujourd'hui, la thèse la plus probable d'après les historiens est que l'Homme au masque de fer était un simple valet, Eustache Danger.  

Arrêté en 1669, sans doute parce qu'il était au courant d'un important secret, Danger est mis en prison. On découvre qu'il a réussi à communiquer avec d'autres prisonniers. Pour minimiser ce qu'il a pu raconter, on fait croire aux prisonniers et aux soldats qu'il a été libéré, et que par conséquent il ne sait rien de bien important. Il est mis dans une autre partie de la prison, et on lui fait porter un masque quand il est en contact avec d'autres personnes. Le gouverneur de la prison (qui deviendra par la suite gouverneur de la Bastille) monte alors une mise en scène et fait de fausses confidences pour alimenter les rumeurs et faire croire qu'il s'occupe d'un prisonnier important.

Autres bons films sur Les 3 Mousquetaires

 

Film d'aventures de Stephen Herek de 1993 avec Charlie Sheen (Athos), Kiefer Sutherland (Aramis), Chris O'Donnell (D'Artagnan), Oliver Platt (Porthos), Tim Curry (le cardinal de Richelieu), Rebecca De Mornay, Julie Delpy, Gabrielle Anwar.

D'autres plus anciens et pour les nostalgiques de films de capes et d'épées, valent le coup d'oeil !

The Three Musketeers (1993)

Synopsis : D'Artagnan, un jeune Gascon, rêve d'endosser la tenue des mousquetaires du roi et part chercher fortune à Paris. Il ignore que le cardinal de Richelieu vient de dissoudre le corps qu'il prétend intégrer. A peine arrivé dans la capitale, D'Artagnan trouve le moyen de provoquer successivement en duel Aramis, Porthos et Athos, trois mousquetaires aussi inséparables qu'incorruptibles. Surpris avant de se mesurer à l'épée, les quatre hommes affrontent ensemble les sbires du cardinal, venus arrêter les mousquetaires. D'Artagnan est adopté par les trois compères. La besogne ne leur manque pas. Ne viennent-ils pas d'apprendre que le cardinal projette d'assassiner Louis XIII ?

La légende des 3 mousquetaires continue puisque Paul W.S. Anderson tourne actuellement Les Trois Mousquetaires en version 3D avec Orlando Bloom et Milla Jovovich (ici en costume).  

 

Andrew Davies et Paul Anderson signent le scénario du film qui devrait voir le jour en 2011...

Repost 0
Published by chrys76 - dans Mes films cultes
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 02:07

Les évadés est selon moi, la meilleure adaptation cinématographique d'un roman de Stephen King. Ce qui parait contradictoire, c'est qu'à la différence des nombreux romans du maître de l'angoisse, celui-ci n'est pas un genre fantastique comme la  quasie ensemble de toutes ses oeuvres.

Stephen King

L'adaptation sur grand écran des évadés a été réalisée par Franck Darabont en 1994. C'est le premier film que Stephen King confie au réalisateur qui signera par la suite d'autres adaptations du maître comme La ligne Verte ou encore The Myst avec un peu moins de réussite. Ces 2 films restent néanmoins de très bon moment de frisson.

 

Synopsis:

Condamné à la prison à perpétuité pour le meurtre de sa femme et de son amant dont il clame son innocence, Andy Dufresne se retrouve incarcéré dans la prison de Shawshank, réputée pour être l'établissement pénitencier le plus dur du Maine. Il y rencontre un détenu noir surnommé Red, avec lequel il noue une très forte amitié.  Andy, contrairement aux autres détenus garde l'espoir de sortir un jour de cette prison grâce à une éventuelle remise de peine, mais ce n'est pas du goût du directeur du centre qui compte exploiter les compétences de compatble d'Andy pour ses affaires personnelles.

 Bob Gunton dans le rôle du directeur de la prison.

 Clancy Brown & William Sadler

Mon avis : Le film tient autant sa force dans le scénario que dans le jeu des deux acteurs principaux. Tim Robbins, a là son plus beau rôle qu'il assume avec subtilité et justesse. Quant à Morgan Freeman, il confirme dans son rôle de vieux taulard qui après 30 ans d'emprisonnement ne supportera pas la liberté, prouve qu'il est un grand acteur après avoir été "oscarisé" pour le film Glory d'Edward Zwick.

Sur le même thème, Les évadés n'a rien à envier à un célèbre et grand prédécésseur, le film Papillon de Franklin Schaffner (1973) avec Steve Mc Queen, Dustin Hoffman, Don Gordon, Victor Jory et Anthony Zerbe.


Synopsis:

Henri Charrière (Steve McQueen), dit "Papillon", est condamné au bagne de Cayenne pour le meurtre d'un souteneur qu'il nie avoir commis. Il arrive par bateau en compagnie de nombreux prisonniers, parmi lesquels  Louis Dega (Dustin Hoffman) un célèbre faussaire. Les deux hommes sont envoyés dans les marais. A la suite d'une échauffourée, Papillon tente de s'échapper. Mais il est vite repris et doit purger deux années à l'isolement complet en plus de ses années de peine. Lorsqu'il retrouve l'air libre, il est bien décidé à trouver par tous les moyens un bateau pour renouveler sa tentative d'évasion...

Fondé, comme chacun le sait, sur l'histoire authentique vécue par Henri Charrière, le film dépeint avec une authenticité et un réalisme saisissants les conditions de vie ( à supposer qu'il soit possible d'employer un semblable terme ! ) des prisonniers, ou plutôt des bagnards qui, jusqu'en 1946 ont été expédiés en Guyane afin de purger leur peine et, comme le dit l'un des responsables du camp, afin de débarrasser la France de leur présence. Sans jamais forcer le trait, l'oeuvre dissèque avec acuité, grâce en grande partie aussi à l'interprétation exceptionnelle des deux acteurs, la lente et inéluctable brisure des personnalités, avec, pourtant, dans certains cas rarissimes, une étincelle d'espoir tellement ancrée dans l'âme qu'elle parvient, malgré les décennies d'incarcération, à briller en permanence, jusqu'à permettre la plus délirante et improbable des évasions. La luxuriance et la splendeur de certains décors naturels contraste de manière poignante avec la désertification intérieure qui gagne progressivement les corps, les coeurs et les esprits. 

 Mon avis :  Une tragédie aussi sobre que puissante et profondément humaine. Le jeu de Steve Mc Queen est d'une telle intensité qu'il égale les les plus grands acteurs tragiques de son époque. Le "jeune" Dustin démontre déjà qu'il est voué à une belle et magnifique carrière.

Repost 0
Published by chrys76 - dans Mes films cultes
commenter cet article
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 03:10

Parmis mes films préférés, il y a Mississippi Burning qui est l'un des films cultes d'Alan Parker (avec Midnight Express) et qui fait partit de mon top 10.

 

Ce film de 1988 relate l'histoire vraie de l'assassinat en 1964 de 3 jeunes (2 juifs blancs et le un noir) membres du comité de défenses des droits civiques.

L'histoire :

Eté 1964. Trois militants pour les droits civiques, un Noir et deux Blancs, sont assassinés dans une petite ville Jessup County dans l'état du Mississippi. Le FBI envoie deux agents, Alan Ward, idéaliste sorti des grandes écoles de police, et Rupert Anderson, un ancien shérif du sud qui connaît les moeurs de la région. Le premier, plus vieux, utilise des moyens moins conventionnels. Afin de les aider dans leur enquête, ils font appel à des renforts qui fouillent les alentours de la ville à la recherche des corps des trois disparus. Des violences sur fond de racisme éclatent alors dans le comté tandis que l'enquête semble s'enliser dans un bourbier sans fond.

 Gene Hackman, Willem Dafoe, Brad Dourif et Frances McDormand

Ward poursuit l'enquête selon des méthodes plus subtiles. Ses soupçons se portent sur le shérif Stuckey et son adjoint Pell, couvert par sa femme.

 

L'ambiance est délétère et explosive : un homme est lynché, alors que Townley, le leader du Ku Klux Klan, attise les haines et la violence. Mrs Pell, la femme de l'adjoint du sherif, écoeurée par ces évènements se résout à parler et révèle à Anderson l'endroit où se trouvent les corps des trois disparus. Tilman, le maire, commence à prendre peur et donne des indications au FBI qui débouchent sur l'arrestation des coupables : Swilley, Cowens, Bailey, Stuckey et Pell.

 

Mississippi Burning relate des faits réels qui eurent lieu en 1964 dans l'État du Mississippi. Trois militants pour les droits civiques, Michael Schwerner, Andrew Goodman et James Chaney furent assassinés par des membres du Klan. Le racisme, l'insécurité et la manipulation des foules dans le sud des États-Unis sont rendus avec justesse. Toutefois, pour l'historien Howard Zinn, qui conseillait le SNCC à l'époque, le film fait la part trop belle aux agents fédéraux venus enquêter alors « nous savions que leur conduite avait été scandaleuse  à l'image de celle du gouvernement fédéral en général  lorsque ces trois jeunes avaient disparu »

Deputy Sheriff Price et Sheriff Raineyau lors de leur procès en 1964

En marge du film, les suites judiciaires :

En 1967, un procès avait eu lieu où dix-huit personnes étaient accusées, sept d'entre elles avaient été condamnées d'atteinte aux droits civiques des trois militants assassinés. La peine maximale prononcée fut de dix ans de prison.

 En 1998, l'un des condamnés met en cause un certain Edgar Ray Killen, alors un des responsables du Ku Klux Klan, qui n'avait jamais été inquiété. Le dossier est rouvert et des témoignages établissent l'implication de ce nouveau suspect dans le meurtre, autorisant la tenue d'un nouveau procès. Le 23  juin 2005, Killen, âgé de 80 ans, a été reconnu coupable du meurtre des trois militants des droits civiques. Il a été condamné à 60 ans de prison par le tribunal de Philadelphia, État du Mississippi, plus de 40 ans après les faits. Il est libéré sous caution en août 2005 pour un montant de 600 000 dollars.


 Récompenses :

Oscars 1989 (1 récompense- 7 nominations)

 

Le film fut nommé 7 fois aux Oscars d'Hollywood de 1988, mais n'en obtint qu'un seul : celui de la meilleure photographie.

Repost 0
Published by chrys76 - dans Mes films cultes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de latuile76
  • Le blog de latuile76
  • : Pour tous ceux qui aiment le cinéma et les séries TV ! Sur ce blog, je donne tout simplement les impressions sur ce que je regarde...
  • Contact

Recherche

Liens