Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 07:25

Après que Jesse Eisenberg est incarné l'étudiant d'Harvard Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook dans l'excellent The Social Network de David Fincher aux côté de Justin Timberlake (Time Out), Andrew Garfield (Amazing Spiderman) et d'Armie Hammer (Lone Ranger), l'un des plus bogoss d'Hollywood Ashton Kutcher rentre dans la peau de Steve Jobs, le créateur d'Apple. A quand un film sur Bill Gates ou Charles Branson !

Le film reprend l'histoire du fondateur d'Apple, de ses vingt ans jusqu'au milieu de la quarantaine. L'entrepreneur est décédé le 5 octobre 2011 à 56 ans, après avoir démissionné d'Apple quelques mois plus tôt. Steve Wozniak (joué par Josh Gad dans le film), cofondateur d'Apple, a discrédité Jobs en évoquant des inexactitudes dans les faits relatés par le film. Un autre film sur Steve Jobs est d'ailleurs en cours de développement avec la participation de Wozniak en tant que consultant.

Pour de s'imprégner du rôle, le comédien Ashton a suivi le même régime que celui auquel s'astreignait Steve Jobs, uniquement à base de fruits. Ce régime a eu pour conséquence un séjour à l'hôpital pour l'acteur, quelques jours avant que ne commence le tournage du film, pour cause de carences inquiétantes.

 

Partout sur la Terre, Steve Jobs est célébré comme un créateur de génie dont les inventions ont révolutionné notre façon de vivre et de percevoir notre monde. Il est aussi connu comme l’un des chefs d’entreprise les plus charismatiques et les plus inspirants qui soient. Mais qui connaît l’homme derrière l’icône ? Qui sait quel parcours humain se cache derrière la destinée de ce visionnaire d’exception ? De l’abandon de ses études universitaires au formidable succès de sa société, voici l’incroyable ascension de Steve Jobs, co-créateur d’Apple Inc., l'un des entrepreneurs les plus créatifs et respectés du XXIe siècle.

 

Big casting aux côtés d'Ashton Kutcher avec Dermot Mulroney, Matthew Modine, Josh Gad, J.K Simmons, Lukas Haas, John Getz, Lesley Ann Warren, Ahna O'Reilly, Amanda Crews, kevin Dunn, Ron Eldar et James Woods.

  Dans Jobs, au moment où Steve Jobs  révèle la publicité Apple de 1984, sont regroupés autour de la table les décisionnaires Arthur Rock, John Sculley et Mike Markkula. A leurs côtés, on peut apercevoir Nolan Bushnell, qui n'est autre que le fondateur de l'entreprise Atari, spécialisée dans le développement des jeux vidéo.

Si le scénario de Jobs a été principalement rédigé avant le décès de l'entrepreneur, ce n'est qu'après Qu'Ashton a été contacté pour le rôle. L'occasion pour l'acteur de rendre un hommage particulier : "Jouer le rôle de Steve Jobs était une façon de rendre hommage à un homme dont le génie, tout comme Thomas Edison ou Henry Ford, est présent de manière évidente tout autour de nous", déclare-t-il, en poursuivant : "Steve Jobs était l’un de ces rares génies à pouvoir fusionner la forme et la fonction pour créer des produits à la fois magnifiques et qui fonctionnaient bien. Il est très rare de trouver des personnes sachant faire les deux (...) ; comme Léonard De Vinci, qui était capable de peindre la Joconde et de construire une machine volante."

L'acteur n'a pas été choisi pour incarner le créateur seulement grâce à sa ressemblance physique. Geek dans l'âme, passionné par les nouvelles technologies, il est le premier à avoir atteint le million de followers sur Twitter. Fin businessman, il a également acquis des actions chez Skype, Spotify ou Airbnb avant que ces sites n'explosent.

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les films à voir
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 12:56

Nouveau duo pittoresque avec Sandra Bullock et Mélissa McCarthy dans Les Flingueuses, un film dans la tradition des fameux « buddy movies » policiers, dont s'est inspirée la scénariste Katie Dippold pour son histoire. La référence de la jeune femme, qui signe son 1er scénario pour le cinéma, est la comédie Deux Flics à Chicago, porté par Billy Crystal et Gregory Hines (1986). Le fait d'avoir choisi de mettre en scène deux protagonistes féminines marque un renouveau pour ce genre cinématographique très populaire !

Alors que Les Flingueuses n'est pas encore sorti aux Etats-Unis, une suite est déjà prévue, emmenée par le même duo d'actrices.

 Surfant sur la vague créée par Mes Meilleures Amis en 2011, Paul Feig signe ici une nouvelle comédie avec des femmes pour héroïnes. L'occasion également pour le réalisateur de retrouver Melissa McCarthy, qui jouait dans son précédent film l'une des demoiselles d'honneur de Kristen Wiig.

Synopsis : D'un côté il y a l’agent spécial du FBI, Sarah Ashburn, une enquêtrice rigoureuse et méthodique dont la réputation la précède tant pour son excellence que son arrogance démesurée. De l'autre l’agent de police de Boston, Shannon Mullins, reconnue pour son fort tempérament et son vocabulaire fleuri. L’une comme l’autre, n’ont jamais eu de partenaire dans le travail… ni vraiment d’amis. Ainsi, lorsque ces deux représentantes de la loi radicalement opposées sont obligées de faire équipe pour arrêter un baron de la drogue sans pitié, elles se retrouvent à devoir lutter non seulement contre un puissant syndicat du crime, mais aussi et surtout contre l’envie de s’entretuer.

 

Sandra Bullock, toujours aussi belle pour 48 printemps

Les seconds rôles les plus importants du film sont campés par trois visages familiers à Hollywood : Thomas F. Wilson (surtout connu pour son rôle de Biff Tannen, l'ennemi juré de Marty McFly dans la trilogie Retour Vers le Futur), Michael Rapaport (Copland), Marlon Wayans et l'acteur mexicain Demian Bichir.

Pour paraître crédible dans son rôle de flic, Mélissa confie avoir été entraînée par un policier de Boston, et être allée dans un stand de tir : "Il ne s’agissait pas tant d’apprendre à tirer que de savoir comment manier une arme. Je voulais m’assurer d’avoir l’air d’une policière sûre d’elle, qui a l’habitude de porter un pistolet au quotidien depuis plus de quinze ans". Elle ajoute, à propos de Sandra, sa partenaire dans le film : "Sandra avait déjà pas mal d’expérience dans ce domaine, elle a donc tout de suite repris le coup de main". Pour les deux actrices, tenir correctement une arme, c'est une question d'instinct, mais aussi de respect des normes de sécurité : "Pendant le tournage, personne ne touchait à une arme avant d’être sûr que le barillet soit vide - nous comptions les balles pour être absolument certains", explique Bullock.

 Durant le tournage, le réalisateur Paul Feig a laissé sa place à l'improvisation... Dans la limite du raisonnable, comme en témoigne Melissa : "La manière de travailler que nous avons adoptée sur ce film, consiste à improviser très souvent, mais par petites touches. Les règles sont les suivantes : ne jamais se détourner du script pour faire prendre à l’histoire une direction différente, et ne jamais aller dans l’excès. On peut aborder le personnage avec un vrai point de vue, mais si on va trop loin, alors on ne maîtrise plus rien". C'est à partir de ce principe d'improvisation que la simple ligne de dialogue "Quelqu’un a-t-il vu les couilles du commissaire ?", présente dans le scénario, a été transformée par l'actrice en un véritable monologue !

 Spoken Reasons, découvert suite au buzz qu'il a créé sur YouTube et qui incarne dans le film le souffre-douleur de Mullins/Melissa McCarthy, s'est prêté au jeu des cascades malgré son inexpérience. En effet, lors de la scène dans laquelle les deux femmes suspendent Rojas par les pieds au-dessus d'un balcon, l'acteur était réellement pendu dans le vide depuis le troisième étage d'un bâtiment, retenu par un simple câble, évitant ainsi le recours à des images de synthèse ou à un fond vert.

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les incontournables
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 17:07

Si le cultissime Gladiator de Ridley Scott a redonné ses lettres de noblesse au genre, le film de Zack Snyder 300 sur l'histoire de la bataille mythique du roi Léonidas, a quant à lui, donner une nouvelle dimension au péplum, tel un Matrix comme  pour la SF. Il en a renouvellé le style avec ses couleurs d'un autre temps, ses somptueuses chorégraphies macabres et une orchestration d'images de synthèse hallucinante. L'énorme défi du réalisateur Noam Murro est de faire au moins aussi bien, même si 300 La Naissance d'un Empire reste la suite logique de 300...

Synopsis : En 480 avant J.-C. dans la grèce antique au cap Artémision juste après les Thermopyles. Il s'agit toujours d'affronter l'armée perse et Xerxès mais, cette fois, ce sont les armées grecques alliées qui se retrouvent en première ligne, Thémistocle à leur tête face aux Perses débarquant sur les plages d'Artemision. Un messager est alors envoyé à Sparte pour obtenir des renforts. Le film retracera ainsi la grande Bataille de Salamine (puisqu'Artémise Ire y est présente) qui se déroule peu avant celle de Platées.

 

 

L'action du film suit Sullivan Stapleton (Gangster Squad) dans la peau de Thémistocle et Eva Green (Dark Shadows, Casino Royale) incarnant Artemisia. Lena Headey reprend son rôle principal de 300 en redonnant vie à la reine des Spartiates, Gorgo, la veuve du roi Léonidas (Gérard Butler). L'acteur Hans Matheson (Le Choc des Titans) incarne quant a lui Aeskylos, on retrouve aussi David Wenham dans le rôle de Dilios le fidel capitaine de Léonidas et Rodrigo Santoro revient dans le rôle du roi vengeur de Perse, Xerxès.  

 Basé sur les derniers romans graphiques « Xerxès » du célèbre Frank Miller à qui l'on doit les meilleurs DC Comics Batman, et dépeint dans un style visuel à couper le souffle de la superproduction 300 , ce nouveau chapitre de la saga épique prend ses marques sur un nouveau champ de bataille situé sur la mer, avec le général grec Thémistocle tentant d'unir tous les peuples de Grèce en menant l’ultime bataille qui va changer le cours de la guerre contre l’armée Perse.

300: Rise of an Empire oppose Thémistocle contre les forces d'invasion massives perse menées par le dieu-vivant-devenu-mortel Xerxès et Artemisia son commandant en chef, menant la marine persane à travers une vengeance toute personnelle.

Le film est réalisé donc par Noam Murro d’après un scénario de son prédécésseur à la mise en scène Zack Snyder et de Kurt Johnstad et basé sur le roman graphique Xerxes de Frank Miller. La sortie de 300: Rise of an Empire  sur nos écrans est prévue le 7 mars 2014.

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les sagas
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 16:46

Le réalisateur français, Louis Leterrier qui à fait ses armes à Hollywood avec Le Transporteur, Danny The Dog, Le Choc des Titans et L'incroyable Hulk revient sur nos écrans avec Insaisissable, un tour de magie à 500 millions de dollards ! Le film n'a pas quitté le top 10 au box office depuis sa sortie aux Etats-Unis le 31 mai, avec plus de 100 millions de dollars de recettes. La french touch...

 

Dans un souci de réalisme, les acteurs se sont véritablement exercés à la magie pour les besoins du film.Louis Leterrier désirait utiliser le plus possible de trucages "réels", plutôt que de se reposer sur les images de synthèse. Les comédiens ont même participé à la création de tours avec les consultants présents lors du tournage : "L’un de nos buts principaux était d’interpeller le public sur le plan intellectuel, afin qu’il prenne conscience de toute la préparation nécessaire à la création de ces illusions", raconte le consultant David Kwong.

 

Un casting impressionnant avec Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Michael Caine, Morgan Freeman, Mélanie Laurent, Isla Fisher, Woody Harrelson, Dave Franco, Michael Kelly, David Warshofky, Jessica C. Lindsey, Caitriona Balfe, Common et José Garcia.

Woody Harrelson notamment accepté de tourner dans Insaisissables grâce à la présence de Jesse Eisenberg, auquel il avait déjà donné la réplique dans l'hilarant Bienvenue à Zombieland (2009). Aucun rôle, même mineur, n'est laissé au hasard dans la distribution : on retrouve notamment Morgan Freeman et Michael Caine en seconds rôles, qui se donnent la réplique pour la quatrième fois après la trilogie Batman signée christopher Nolan. Au total, trois vainqueurs d'Oscars et douze nominés sont à l'affiche du film. A noter que Caine avait pris part au Prestige, brillant film de magie réalisé par Nolan en 2006 et porté par Christian Bale et Hugh Jackman.

Jake Gyllenhaal a été d'abord envisagé pour le rôle de Dylan Rhodes, repris ensuite par mark Ruffalo.

De même, Amanda Seyfried avait été contactée pour jouer Henley, avant qu'Isla Fisher ne lui soit finalement préférée.

Beaucoup de noms d'acteurs ont circulé avant que le casting d'Insaisissables ne soit définitif, parmi lesquels Jim Carrey, Colin Firth, Hugh Grant, Sacha Baron Cohen ou encore Philip Seymour Hoffman.

 Le rôle d'Henley, tenu par Isla Fisher, a été à l'origine écrit pour un homme. L'actrice a confié s'être inspirée de l'illusionniste Dorothy Dietrich, connue pour avoir arrêté une balle avec ses dents, et a construit son personnage entre celui de Lisbeth Salander (héroïne de la saga Millenium) et l'actrice hollywoodienne Katharine Hepburn: "Elle se doit d’être la meilleure afin de ne pas se laisser marcher sur les pieds par les garçons. Elle est combative, mais n’agit jamais comme un homme. Sa féminité est la clé de son ascendant", déclare Fischer, en poursuivant : "Je souhaitais qu’Henley soit aussi éblouissante et aussi surprenante en privé que sur scène, de sorte qu’on ne sache jamais ce qu’elle pense."

Les acteurs ont tenu à réaliser le plus de cascades eux-mêmes pendant le tournage d'Insaisissables, parfois à leurs risques et périls ! Pour preuve : alors qu'elle devait s'échapper d'un bassin rempli d'eau et de piranhas pour sa première apparition dans le film, Isla Fisher s'est retrouvée prise au piège de ses chaînes. Elle se souvient :"Ma chaîne s’est bloquée dans la grille qui se trouvait au fond du bassin. Je me suis demandé si c’était comme ça que j’allais mourir : devant tous ces figurants, et en maillot de bain..."

   Dave Franco, le petit frère de James.

José Garcia et Mélanie Laurent

 

Synopsis : « Les Quatre Cavaliers », un groupe de brillants magiciens et illusionnistes, viennent de donner deux spectacles de magie époustouflants : le premier en braquant une banque sur un autre continent, le deuxième en transférant la fortune d’un banquier véreux sur les comptes en banque du public. Deux agents spéciaux du FBI et d’Interpol sont déterminés à les arrêter avant qu’ils ne mettent à exécution leur promesse de réaliser des braquages encore plus audacieux. Ils font appel à Thaddeus, spécialiste reconnu pour expliquer les tours de magie les plus sophistiqués. Alors que la pression s’intensifie, et que le monde entier attend le spectaculaire tour final des Cavaliers, la course contre la montre commence.

 

 

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les films à voir
commenter cet article
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 08:46

Le génial réalisateur du "Labyrinthe de Pan" et de "Hellboy" Guillermo Del Toro, se lance dans un méga big blockbuster hollywoodien dans un film d'effets spéciaux à la "Transformers" et faisant quelque peu aussi pensé à l'indigeste "Battleships". A travers "Pacific Rim", le metteur en scène a cherché à rendre hommage aux films de monstres géants japonais "kaijū eiga", un genre qu’il affectionne particulièrement.

  Ce film raconte l'histoire de l'affrontement entre "Kaiju" et "Jaeger" créés par les hommes pour leur faire face. Le mot "Jaeger" vient de l'allemand et signifie "chasseur", tandis que "Kaiju" vient du japonais, traduit littéralement par "bête gigantesque" ou "bête étrange". Il s'agit d'un terme communément utilisé pour désigner les monstres des films de science-fiction japonais comme Godzilla.

 

Les Kaiju et Jaeger ont été l'objet de toutes les attentions des artistes et illustrateurs afin de leur donner à chacun une identité visuelle forte et singulière. Guillermo a donné carte blanche aux graphistes avec pour seule consigne de s'inspirer de lézards, crustacés ou d'insectes. Les Kaiju ont même différents surnoms : Knifehead (Tête de lame), Axehead (Tête de hache), Leatherback (Dos de cuir)...

 

Synopsis : Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau (Charlie Hunnam) et une jeune femme en cours d’entraînement (Rinko Kikuchi) qui font équipe pour manoeuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

  Dans Pacific Rim, Guillermo Del Toro collabore une fois de plus avec son acteur fétiche Ron Perlman, après Cronos, Blade 2 et Hellboy  I & II. Pour l'occasion, le comédien retrouve son statut d'être humain dans un film de del Toro pour la première fois depuis Cronos en 1993. Ce film marque également les retrouvailles de Perlman avec Charlie Hunnam, les deux hommes se connaissant très bien de par la série à succès Sons of Anarchy. A l’origine, Tom Cruise devait incarner le personnage d'Idris Elba qui avec des super-productions comme Thor ou encore Prometheus, devient un acteur du genre.

Charlie Hunnam et Rinko Kikuchi

  Charlie Hunnam a été choisi pour le rôle principal de Pacific Rim après avoir rencontré le réalisateur, alors qu'il n'avait pas lu le scénario : "J’ai tout de suite accepté et c’est bien la première fois de ma vie que je le faisais sans avoir lu le script", raconte-t-il, en poursuivant : "Cela prouve à quel point que je lui fais confiance parce que, scénario ou non, j’allais donner mon accord pour tourner sous la direction de Guillermo." A ses côtés la très jolie actrice Rinko Kikuchi qui a joué dans Assault Girl dans son 1er rôle à l'écran et prochainement dans 47 Ronin Shangaï avec John Cusak.

Les cockpits des Jaegers, abritant les pilotes incarnés par les acteurs, ont été intégralement construits pour les besoins du film : particulièrement imposants, ils pesaient entre 20 et 34 tonnes pour une hauteur de 6 mètres, construits sur une base amovible pouvant secouer toute la structure. Les acteurs, directement attachés aux machines par les mains, les bras, le dos et les pieds, subissaient donc directement la violence des coups, rendant le tournage particulièrement éprouvant.  Le réalisateur: "Je voulais que les chocs soient très violents, et que tous les éléments entrent en collision de façon instantanée et viscérale, afin que les acteurs réagissent vraiment physiquement auximpacts." 

                            

Les combats se déroulant pour la plupart dans l'Océan Pacifique, l'eau a été omniprésente pendant le tournage. Laird McMurray, responsable des effets spéciaux, raconte :"Nous avions installé d’énormes jets d’eau (...) programmés pour asperger les acteurs à différents moments, allant parfois jusqu’à un rythme de 4 500 litres par prise. Et il fallait chauffer l’eau, car nous tournions en hiver au Canada."

  Le film a été converti en 3D en post-production, ce qui peut paraitre étonnant étant donné que Del Toro a toujours été réfractaire à ce procédé. Cette décision réside en fait d'une volonté de la Warner, celle-ci ayant jugé que ce film, faisant la part belle à la robotique, comporte des éléments se prêtant parfaitement à des effets 3D. D'aileur il a préféré opter pour des techniques d'animation traditionnelles pour le déplacement des robots et non de la motion capture, qui aurait trop "humanisé" leur démarche selon le réalisateur. Un deuxième volet  serait déjà en projet, avec Guillermo à l'écriture du scénario et peut-être à la réalisation.

 

 

 

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les films à voir
commenter cet article
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 08:43

Depuis le film le très excellent et célébrissime "Dans la Chaleur de la Nuit" avec Rod Steiger et Sydney Poitier (dont il a été le 1er acteur noir à recevoir l'oscar du meilleur acteur), bon nombre de film incluant de duo d'acteur noir associé à un blanc ont fait et font toujours les beaux jours des films d'actions made in US. Pour moi le cultissime "L'Arme Fatale" avec Martin Riggs-Mel Gibson & Roger Murtaugh-Danny Glover restera le plus emblêmatique d'entre eux. Prochainement 2 films basés sur ce type de duo vont rivaliser au box-office mondial. Les 2 couples d'acteurs sont Channing Tatum & Jamie Fox pour le 1er et Denzel Washington & Mark Walhberg pour le second pour White House Down et 2Guns.

Dans White House Down, le duo est peu conventionnel puisque Jamie Foxx ne joue un rôle de flic ou d'un agent des services spéciaux comme celui de Channing Tatum mais celui du président des States. Par contre les rôles respectifs de Denzel Washington & Mark Wahlberg dans 2 Guns, colle beaucoup plus a ce qu'on a l'habitude de voir.

WHITE HOUSE DOWN

Synopsis : Des paramilitaires prennent le contrôle de la Maison Blanche. Deux agents du Secret Service déjouent un coup d'état militaire contre le président des Etats-Unis.

Décidemment 2013 est une mauvaise année pour le président des Etats-Unis. En tout cas au cinéma. Le long-métrage de Roland Emmerich est le deuxième film à mettre en scène une attaque terroriste au sein de la Maison Blanche. Après La Chute de la Maison Blanche d'Atoine Fuqua dans lequel Gérard Butler doit sauver le Président Aaron Eckhart, c’est cette fois Channing Tatum qui vient en aide à Jamie Foxx. Le 1er, le nouveau monsieur muscle d'Hollywood enchaine film sur film...

 Roland Emmerich le réalisateur de Stargate, d'Indépendance Day, Godzilla, le Jour d'Après ou encore 2012.

La comparaison entre ces 2 films est plus qu'évidente de par le sujet mais à l'instar de La Chute de la Maison Blanche qui a bien marché au box-office, les chiffres de White House Down n'étaient pas au rendez-vous. 25 millions de dollars sur ce week-end pour un total de 70 millions cumulés au bout de 5 semaines d'exploitation. Le budget de 150 millions de dollars investit pour un film dont le  réalisateur est pourtant un habitué des bockbusters est loin d'être rentabilisé .

L'action de White House Down se déroulant essentiellement à la Maison Blanche, le chef décorateur Kirk M. Petruccelli et son équipe ont recréé à 70% la véritable résidence du président des Etats-Unis.  Ils ont fait appel à 32 designers qui ont travaillé pendant sept semaines sur l'architecture du bâtiment. De nombreux objets tels que des tapis ont été acquis grâce à Ebay afin que le film soit le plus réaliste possible. La limousine présidentielle, appelée souvent The Beast (la Bête) a néanmoins dû être construite de façon approximative car aucune documentation sur le véhicule n’existe.

 

Au casting, la coéquipière de Channing : Maggie Gyllenhaal,

Jason Clarke, Garcelle Beauvais,

le grand James Woods,

la petite Joey King vue dans Crazy Stupid Love, The Dark Knight et Le Monde Fantastique d'Oz (rien que ça !) et le vétérant Richards Jenkins

2 GUNS

Très beau démarrage pour un réalisateur encore peu connu. Depuis 2000, l'Islandais Baltasar Kormákur a réalisé neuf longs métrages. Son dernier né s'intitule "2 Guns", une comédie d'action projetée aux États-Unis depuis le 2 août dernier. Et pour son premier week-end d'exploitation, le film a pris la tête du box office nord-américain, engrangeant plus de 27 millions de dollars de recettes. Il faudra néanmoins patienter jusqu'au 18 septembre prochain pour voir débarquer "2 Guns" dans les salles françaises.
 

Synopsis : Deux agents de services secrets concurrents sont obligés de fuir ensemble, sans qu’aucun ne sache que l’autre est un agent fédéral infiltré. C’est bien à contrecœur que l’agent Bobby Trench de la DEA et l’inspecteur Marcus Stigman de la Naval Intelligence ne se quittent pas d’une semelle depuis un an. Pourtant, aucun ne sait que l'autre est un agent fédéral infiltré des services secrets concurrents.Travaillant donc sous couverture pour un cartel de la drogue, chacun se méfie de l’autre autant que des criminels qu’ils ont tous deux été chargés de faire tomber. Quand leur tentative d’infiltrer un cartel mexicain et de récupérer des millions tourne mal, Trench et Stigman sont soudain désavoués sur le champ par leurs supérieurs. Maintenant que tout le monde les veut en prison ou à terre, ils ne peuvent plus compter que l’un sur l’autre. Mais à trop jouer les malfrats, on prend quelques mauvaises habitudes. Ils se trouvent alors obligés de fuir ensemble et c'est à contrecoeur qu'ils vont devoir faire équipe. Leur tête est mise à prix, tous les veulent en prison... voire morts. Les deux infiltrés n'ont alors d'autre choix que de compter l'un sur l'autre, et vont user de techniques de malfrats pour tenter de s'en sortir.

 Lorsque le projet était en cours de développement, Vince Vaughn a été pressenti pour le rôle de Bobby/Denzel et Owen Wilson pour celui de Stig/Mark.

 

Pour le rôle de Deb interprété par la sculturale Paula Patton ( vue dans MI4) dans 2 Guns, plusieurs actrices étaient pressenties, notamment Ellen Pompeo (Docteur House) et Marisa Tomei.

A leurs côtés : James Marsden (X-Men 1 & 2), Bill Paxton (Apollo 13, Hartfields & McCoys), Evie Thompson (The Call), Edward James Olmos (Miami Vice la série, Blade Runner), Fred Ward (L'Etoffe des Héros) et Robert John Burke (Rescue Me, Limitless).

 La chanson de la BA de 2 Guns intitulée "Die by the Drop" interprétée par The Dead Weather avait déjà été utilisée pour la bande-annonce de Contrebande, un précédent film avec Mark Wahlberg et déjà mis en scène par Baltasar Kormakur.

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les films à voir
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 20:04

On prend (presque) les mêmes et ont fait une suite surfant sur le succès (mérité) du 1er. RED 2 ou le come-back des retraités de la CIA avec en tête d'affiche Bruce Willis qui malgré la soixantaine avoisinnante accumule les films d'actions les uns après les autres comme un jeune 1er.

  

Lorsque l’agent retraité de la CIA Franck Moses apprend la mort de son ancien collègue Marvin, il se rend à son enterrement avec sa compagne Sarah, sans se douter qu’il va au-devant de gros problèmes… Arrêté et interrogé par le FBI au sujet d’un mystérieux "Projet Nightshade", il ne doit son salut qu’à l’intervention de Marvin qui avait simulé sa mort. Ils se lancent alors dans une course poursuite à travers le monde pour découvrir le secret du "Projet Nightshade".

   

John malkivich reprend le rôle de Marvin, l'agent rustre et loufoque, personnage emblématique du premier volet. Dans Red 2, il devient le conseiller en relations amoureuses de Franck, alors qu'il est loin d'être un expert en la matière. "Frank n’est pas en mesure de gérer une relation amoureuse et Marvin se fait une joie de lui prodiguer ses conseils, alors que lui-même n'y connaît rien", déclare Bruce Willis . "Marvin ne connaît sans doute rien aux relations de couple et son expertise provient uniquement d’un manuel pratique", ajoute Malkovitch. Dans Red 2, Victoria, personnage au nom royal interprété par Helen Mirren, déclare être la reine d'Angleterre. Or, la comédienne a déjà incarné plusieurs reines d'Angleterre au cinéma et à la télévision. En effet, elle a joué le rôle de la reine Charlotte dans La Folie du Roi George, celui de la reine Elisabeth Ière dans la série Elizabeth I,et enfin celui d'Elisabeth II dans The Queen de Stephen Frears.

  

Catherine Zeta-Jones et David Thewlis ont tous deux participé à l'élaboration de leurs personnages respectifs, Katja et La Grenouille, en amont du tournage. La première a envoyé un grand nombre de photos de mode dénichées dans des magazines à Dean Parisot pour mieux définir la personnalité vestimentaire de l'espionne russe. Le second a lui aussi sélectionné plusieurs photos qu'il a transmises au cinéaste, qui a choisi de donner à ce protagoniste l'allure d'un personnage sorti d'un roman de James Joyce. Sir Anthony Hopkins a également envoyé quelques e-mails au réalisateur pour améliorer et étoffer son personnage. Les autres venus, Lee Byung-Hun (inoubliable tête d'affiche de J'ai Rencontré le Diable) et l'acteur britannique David Thewlis vu dernièrement dans The Lady de Luc Besson. Un troisième volet est déjà prévu.

Le grand Anthony Hopkins, qui interprète dans Red 2 le personnage d'Edward Bailey, a puisé dans l'histoire de la Grande-Bretagne pour donner de l'ampleur à son personnage. Il a également parcouru le scénario de long en large, l'a relu à d'innombrables reprises, afin de se l'approprier complètement : "J’étais véritablement obnubilé par le script, que j’ai lu plus de cents fois, et c'est nécessaire car cela m'a permis d'avoir un cadre, dans lequel j'ai pu ensuite improviser. On peut alors se donner à fond et ne plus se préoccuper des répliques que l’on connaît par coeur. C’est là que jouer devient un véritable bonheur", confie l'acteur.

 Le réalisateur bien que n'ayant pas réalisé le premier RED, a tenu à conserver la teneur rétro des dialogues entre Franck et Sarah, respectivement joués par Bruce et Mary-Louise. "Bruce et moi-même nous sommes toujours dit que notre jeu devait évoquer les comédies burlesques des années 30", précise la comédienne. Puisque le jeu des acteurs s'y prêtait, le réalisateur explique qu'il a pris la décision, concernant ces dialogues, "de monter un grand nombre de plans où on les voit tous les deux ensemble plutôt que l’un après l’autre", évitant ainsi le champ-contrechamp, plus conventionnel.

 Mary-Louise et Anthony ont déjà joué ensemble, dans Dragon Rouge, en 2002. Par ailleurs, l'acteur Brian Cox, que l'on retrouve également à l'affiche de Red 2, a lui aussi interprété le rôle du célèbre psychiatre cannibale Hannibal Lecter, dans le film de Michael Mann de 1986, le cultissime Le Sixième Sens (The Manhunter) avec William "Grissom" Petersen.

 Le grand Ernest Borgine, qui jouait Henry dans RED, avait confié être très intéressé pour reprendre son rôle dans ce nouvel opus, avec pour seule exigence de posséder cette fois un pistolet. L'incontournable acteur est cependant décédé quelques semaines seulement avant le tournage.

Le réalisateur bien que n'ayant pas réalisé le premier RED, a tenu à conserver la teneur rétro des dialogues entre Franck et Sarah, respectivement joués par Bruce et Mary-Louise. "Bruce et moi-même nous sommes toujours dit que notre jeu devait évoquer les comédies burlesques des années 30", précise la comédienne. Puisque le jeu des acteurs s'y prêtait, le réalisateur explique qu'il a pris la décision, concernant ces dialogues, "de monter un grand nombre de plans où on les voit tous les deux ensemble plutôt que l’un après l’autre", évitant ainsi le champ-contrechamp, plus conventionnel.

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les incontournables
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 19:28

Duo de choc pour une  adaptation du roman de J.C Grangé, La Marque des Anges-Miserere de Sylvain White de s'inspire également de faits réels qui ont fait l'objet d'un documentaire. Le réalisateur Franco-Américain (il a fait ses études de cinéma aux States) n'en est pas à son coup d'essai en matière de réalisation mais ce film est son premier long métrage dans la langue de Molière. Il avoue être influenceé par de nombreux cinéastes, tels que Mathieu Kassovitz, Jan Kounen ou encore jean-Pierre Jeunet...

Après Les Rivières Pourpres, L'Empire des Loups et Le Concile de Pierre, La Marque des anges - Miserere marque la quatrième adaptation d'un roman de Jean-Christophe Grangé.

Synopsis : A Paris, Lionel Kasdan, commissaire de la BRI à la retraite, enquête sur un meurtre étrange : un chef de chœur a été retrouvé mort dans sa paroisse, les tympans détruits, sans qu'aucun témoin n'ait apparemment assisté à la scène. De son côté, Frank Salek, un agent d'Interpol menacé d'être mis à pied par ses supérieurs à cause de son comportement excessif, traque la piste d'une organisation secrète, spécialisée dans le kidnapping d'enfants. Lorsque Salek apprend la mort du chef de chœur, il pense avoir établi un lien avec sa propre enquête et accepte de faire équipe avec Kasdan. Mais plus l'enquête avance, plus Salek semble perdre pied, comme rattrapé par un secret jusque-là enfoui. Dès lors, les deux hommes vont plonger dans une affaire qui trouve sa source dans les heures les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale...

Gérard Depardieu et Joey Starr forment un nouveau duo pour le cinéma français. En effet, c'est la première fois que les deux acteurs sont réunis dans un même film où ils interprètent deux flics qui enquêtent sur une affaire de meurtre et d'enlèvement d'enfants.

Aux casting de ce film : Thierry Lhermitte, Helena Noguerra, Marthe Keller, Jimmy Jean-Louis, Gérard Chaillou et Rüdiger Vogler.

 Le "Miserere mi deus" ("Pitiè pour moi mon dieu") est un chant religieux a capella qui date du 17e siècle et composé sous le règne du pape Urbain VIII. Le Miserere, interprété par un choeur de neuf chanteurs, contient la plus haute note chantée par un homme, plus précisément par un castrat. Interprétée uniquement pendant la semaine Sainte dans la chapelle Sixtine, la partition est gardée dans les coffres forts du Vatican et toute copie ou tentative de copie entraîne l'excommunication. Pourtant, on raconte que c'est Mozart qui en 1770, à l'âge de 14 ans, a retranscrit l'oeuvre et l'a fait sortir du Vatican. Ce chant constitue l'un des éléments de base du roman et du film La Marque des anges - Miserere, puisque l'intrigue démarre après l'assassinat du chef de choeur d'une paroisse.

 Le livre comme le film s'inspirent librement de faits historiques. L'organisation sur laquelle enquêtent Salek et Kasdan a bien existé comme l'explique Sylvain White : "Dans les camps de concentration, il y a bien eu des études sur la souffrance des prisonniers. Les nazis enregistraient aussi les hurlements des gens qui mouraient ou qu’ils torturaient. C’était le cas des expériences pseudo-scientifiques menées par Josef Mengele, surnommé «l’ange de la mort» à Auschwitz. Ensuite, il y a eu Paul Schäfer Schneider, un ancien nazi mort en 2010, qui a fondé deux colonies, en Argentine puis au Chili avec «Dignidad». Il s’agissait d’une structure agricole recluse, composée d’expatriés allemands, où Schäfer avait reçu l’autorisation de Pinochet d’y supplicier ses opposants. Son «trip» était de réunir des chorales d’enfants afin qu’ils chantent pendant les séances de torture..."

 Quel rapport y a-t-il entre le meurtre d'un chef de chœur à Paris, des orphelins maltraités par une mystérieuse et toute puissante organisation, quelques enfants tueurs, un réseau d'anciens et de néo-nazis, une rescapée des camps qui les traque sans relâche et deux flics, dont l'un est censément à la retraite et l'autre cache un secret qui a quelque chose à voir avec l'affaire à résoudre ? Pour la réponse, allez voir le film...

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les films à voir
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 06:38
 

Engagé par le maire de New-York pour enquêter sur la possible infidélité de sa femme, un ex-flic devenu détective se retrouve au coeur d'une vaste machination...

Synopsis : Billy Taggart, un ancien flic reconverti en détective privé tente tant bien que mal de faire tourner son affaire. Le jour où l’homme le plus puissant de New York, le Maire lui confie la mission d’enquêter sur la supposée infidélité de sa femme, il est loin d’imaginer qu’il va se retrouver au coeur d’une vaste machination sur fond de campagne municipale.

   Broken City est le premier long métrage d'Allen Hugues connu pour avoir mit en scène Menace II Society, réalisé sans la collaboration de son frère jumeau Albert, avec qui il avait signé de nombreux films dont le très bon film From Hell avec Johnny Depp et Heather Graham en 2001.

 Allen Hugues s'est inspiré de films des années 70, comme ceux réalisés par Sidney Lumet et Chinatown (1974) de Roman Polanski, tout en ayant à l'esprit qu'il ne servait à rien de les copier : "J'ai essayé de mettre des éléments de notre époque ainsi que des techniques de cinéma moderne dans une histoire de corruption à l'ancienne", explique le réalisateur.

  Catherine Zeta-Jones, la femme du maire

Broken City, dont l'intrigue se déroule à New York, a toutefois été également tourné à La Nouvelle Orléans pour des raisons logistiques sans que l'on puisse remarquer la différence.Allen Hugues  raconte : "Le chef décorateur et directeur artistique, Tom Duffield, a fait un travail remarquable en conservant une continuité entre les décors de New York et de la Nouvelle Orléans, ce qui nous a apporté une cohésion remarquable."

  Pour donner vie à son personnage de politicien à la personnalité complexe, Russell Crowe s'est intéressé aux personnalités politiques les plus importantes ayant exercé à New York ces cinquante dernières années, "pour savoir d’où ils venaient, quelles écoles ils avaient fréquentées, et comment ils s’y prenaient pour tisser des relations avec les gens de la ville."

  Emballé par le scénario, Mark Wahlberg a participé à la production du film afin qu'il soit mené à terme, même si cela avait pour conséquence un budget moindre et une distribution moins large qu'avec un grand studio. L'acteur parle d'une approche plus télévisuelle, dans le sens où l'équipe disposait de moins de temps, d'argent, tout en étant plus jeune. Le tournage a ainsi duré 40 jours. Mark joue donc le rôle d'un flic new yorkais qui abat dans des circonstances mystérieuses un petit malfrat qui vient juste d'être blanchi dans une affaire de viol. Et bien que l'agent ait été déclaré innocent, le maire (un Russel Crowe venimeux) l'oblige à quitter son poste. Quelques années plus tard, nous retrouvons notre bonhomme qui travaille entre temps comme détective privé, chargé d'enquêter sur les infidélités potentielles de l'épouse du maire.

  Barry Pepper

  Jeffrey Wright

  Kyle Chandler (Demain à la Une)

  Justin Chambers (Grey's Anatomy)

  Michael Beach (New-York 911)

  Alona Tal

  Natalie Martinez

Le scénario de Broken City a été écrit par Brian Tucker en 2008, et devait être produit dans la foulée par Mandate Pictures. Les retards s'accumulant, il a finalement été placé sur la célèbre "liste noire" (black list), qui regroupe les meilleurs scénarios sans projet de production. Il a fallu attendre juin 2011 pour que la production soit finalement lancée et Allen Hugues engagé pour la réalisation.

 

Sorti au mois de janvier aux Etats-Unis, n'a pas véritablement convaincu les spectateurs américains ; le film n'a engrangé qu'un peu plus de 9 millions de dollars le week-end de sa sortie. Au total, seulement 20 millions de dollars ont été récoltés outre-Atlantique pour un budget de plus de 50 millions de dollars.

 Un faux air de City Hall avec à l'époque Al Pacino et John Cusak

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les films à voir
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 06:37

Après l'excellente trilogie des MIB qui luttaient contre les méchants aliens, voici R.I.P.D une brigade secrète qui elle lutte contre les mauvais esprits... Inspiré du comic américain de Peter M. Lenkov, R.I.P.D. Brigade fantôme (Rest In Peace Department)) est réalisé par Roberts Schwentke, un habitué de ce type d'exercice puisque que c'est lui qui a magistralement bien adapté  R.E.D 

R.I.P.D. Brigade Fantôme est donc l'adaptation du comic-book du même nom créé par Peter M. Lenkov et Lucas Marangon paru chez Dark Horse en 1999. A noter que Peter M. Lenkov est l'un des scénaristes et producteurs du film et raconte l'histoire d'un policier mort rejoint un groupe de policiers du Rest In Peace Department et cherche l'homme responsable de sa mort.

Un tandem de flics d'un genre très spécial, puisque défunts, est envoyé par leur unité de police R.I.P.D. (Rest in Peace Department) pour protéger notre planète d'une recrudescence de créatures néfastes qui refusent de passer tranquillement dans l'autre monde.
Le capitaine Roy Pulsifer est un vétéran de cette division dédiée à la traque de revenants redoutables se faisant passer pour des citoyens ordinaires. Sa mission : appréhender les criminels qui tentent d'échapper au Jugement Dernier en se dissimulant parmi les vivants. Blagueur incorrigible, Roy se voit assigner comme nouveau coéquipier...
... Feu Nick Walker, l'ancienne star montante de la police. Les deux "hommes" vont devoir ravaler leur antipathie respective pour mener à bien leur mission. Quand ils découvrent un complot susceptible de mettre fin à la vie telle que nous l'avons toujours connue, les deux cracks du R.I.P.D. n'ont qu'une option : rétablir l'équilibre cosmique pour que le tunnel qui mène vers l'au-delà ne devienne pas une porte d'entrée dans notre monde pour les âmes belliqueuses.

C'est Zach Galifianakis qui aurait dû jouer le rôle de Roy Pulsipher mais, en raison d'un agenda trop chargé, Jeff Bridges l'a remplacé. De même, Jodie Foster était considérée pour le personnage de Procter incarné par...

Marie-Louise Parker qui connait bien le metteur en scène. En effet, RED réalisé en 2010dont la suite est bientôt dsur nos écran toujours porté par Bruce Willis, est également tiré d'une BD écrite par Warren Ellis et illustrée par Cully Hammer.

Ryan Reynolds, Mary-Louise Parker & Jeff Bridges seront face à :

 Kevin Bacon dans le rôle du méchant

Secondé par Robert Knepper

Au casting aussi James Hong et Mike Omalley

Ainsi que la mannequin Marisa Miller

Et la non moins séduisante Stéphanie Szostac

Dans ce film d'aventures surnaturelles, Jeff Bridges et Ryan Reynolds jouent donc un tandem de flics d'un genre très spécial, puisque décédés, et envoyés par leur unité de police R.I.P.D (Rest in Peace Department) pour protéger notre monde d'une recrudescence de créatures néfastes qui refusent de passer tranquillement dans l'autre monde.

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les supers-héros
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de latuile76
  • Le blog de latuile76
  • : Pour tous ceux qui aiment le cinéma et les séries TV ! Sur ce blog, je donne tout simplement les impressions sur ce que je regarde...
  • Contact

Recherche

Liens