Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 23:28

Sony Pictures vient de mettre en ligne la première image du costume que portera l'acteur Andrew Garfield pour interpréter le super-héros «Spider-Man». Comme vous pourrez le constatés ci-dessous le costume de l'homme araignée opte pour un look plus réaliste par rapport à celui des derniers opus réalisés par Sam Raimi.

Spider-Man Reboot sortira dans les salles obscures le 4 juillet 2012 en France, le 3 juillet 2012 aux USA et est réalisé par Marc Webb. Côté casting, le rôle de Gwen Stacy sera interprétée par Emma Stone et Rhys Ifans incarnera le Docteur Curt Connors alias «Le Lézard». Image : © Sony Pictures

 

La participation de Denis Leary au reboot de Spider-Man, dont la sortie est prévue le 3 juillet 2012 aux USA, est annoncée par The Hollywood Reporter. 

Il incarnerait le Capitaine de police George Stacy, le père de Gwen Stacy, la 1ère petite amie de Peter Parker.

  Dans le film de 2003, Spider-Man 3, il était incarné par James Cromwell (LA Confidential, I Robot).

Dans l'univers du comic, Stacy perd la vie lors d'un combat entre Spider-Man et le Docteur Octopus. Ne sachant pas que Peter Parker et Spider-Man ne sont qu'une seule et même personne, Gwen blâme ce dernier pour cette tragédie. Denis Leary rejoind donc au casting Andrew Garfield (Peter Parker), Emma Stone (GwenStacy), Martin Sheen (Ben Parker), Sally Field ( Tante May) et Rhys Ifans (dans un rôle du Docteur Connor alias le Lézard).

 

C'est donc le père de "Mon Oncle Charlie" qui reprend le rôle de l'oncle Ben et Sally Field (la maman de Forrest Gump) pour celui de tante May.

 Cliff Robertson et Rosemary Harris dans Spiderman.

Le tournage du prochain Spider-Man a donc débuté il y a quelques semaines et le casting a continué de s'agrandir.

Ainsi le site The Wrap vient de confirmer la participation de l'acteur Chris Zylka. Il jouera Flash Thompson, le némésis de Peter Parker au lycée.

L'idée de Marvel est de faire un Spiderman version new look dans le même esprit que "L'incroyable Hulk" de Louis Letterier en faisant oublier celui d'Ang Lee (chose qui a été très utile). Sauf que personnellement la trilogie faite par Sam Raimi est excellente et je ne vois franchement pas pourquoi la franchise a décidé de faire un reboot !?!  Dans ce même esprit DC à décidé de faire la même chose avec Superman Returns ( fait par Brian Singer) avec aux commandes (excusez moi du peu) Mister Christopher Nolan en tant que producteur et Zack Snider à la réalisation suite aux succès bien mérités des 2 derniers Batman et de Watchmen/Les Gardiens...

IL N'Y A DONC PLUS QU'A PRENDRE NOTRE MAL EN PATIENCE POUR DECOUVRIR CE NOUVEAU SPIDERMAN...

Repost 0
Published by chrys76 - dans Les supers-héros
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 21:55

Retour attendu du plus célèbre milliardaire de la bande-déssinée sur nos écrans avec Tomer Sisley qui reprend très logiquement son rôle de Largo Winch !

Après le succès du premier volet des aventures de Largo Winch, interprété par Tomer Sisley, Jérôme Salle revient à la réalisation du deuxième opus, Largo Winch 2, avec la présence de la sulfureuse Sharon Stone !

Entre autre le casting de la suite du film aux deux millions d'entrées pour le 1er opus, vient de s'étoffer de la plus belle des manières.  Sont également annoncés au générique du film toujours réalisé par Jérôme Salles, Olivier Barthélémy dans la peau de Simon, mais aussi Ulrich Tukur et Laurent Terzieff dans son dernier rôle. Seule incertitude, la présence de Gilbert Melki qui incarnait Freddy Kaplan dans le 1er film. Le film qui sortira le 16 février 2011 dévoile aussi son affiche que nous vous livrons ci-dessus...

 

L'histoire : Propulsé à la tête du groupe W après le décès de son père adoptif, Largo Winch décide à la surprise générale, de le mettre en vente afin de créer une ambitieuse fondation humanitaire. Mais le jour de la signature, il se retrouve accusé de crimes contre l'humanité par un mystérieux témoin. Pour prouver son innocence, Largo devra retourner sur les traces de sa vie passée, au coeur de la jungle birmane...

Tomer Sisley et Monsieur Laurent Terzieff qui vient de nous quitter

S'il se sont appuyés pour le premier opus sur le récit de Jean Van Hamme, Jérôme Salle et Julien Rappeneau s'en sont cette fois ci éloignés pour s'appuyer sur une histoire originale, comme nous l'explique le cinéaste. "Les aventures imaginées par Jean nous convenaient, mais la grammaire cinéma est parfois si lointaine de la grammaire de la bande-dessinée qu'il nous fallait du coup opérer de nombreux changement. Une nouvelle histoire s'est du coup donc très vite imposée." Une nouvelle histoire qui se déroule néanmoins en grande partie en Birmanie et s'ouvre sur l'arrivée du personnage du fameux Simon. Ce sera un second volet centré sur l'amitié ayant l'aval de Jean Van Hamme.

 Pour Jérôme Salle, on s'arrête ici sur le cheminement d'un "adulte se retrouvant face à un immense pouvoir, se posant des questions. Comment va-t-il gérer ce pouvoir, va-t-il se laisser détourner par la puissance de cet argent, perdre son âme, comme un super héros finalement, posséder autant d'argent étant une forme de super pouvoir, c'est les questions que nous nous sommes posés pour construire cette suite". Le cinéaste s'est déjà envolé pour de premiers repérages en Asie afin d'être prêt à démarrer en novembre. Le casting est en cours, on y retrouvera évidemment Tomer Sisley et Nicolas Vaude dans le rôle de Gauthier le majordome.

 

Alors rendez-vous dès ce mercredi pour cette suite des aventures de Largo Winch !

Repost 0
Published by chrys76 - dans Les sagas
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 02:59

S'il y a bien une série que j'attends avec impatience, c'est bien Dexter !!!

Que de changements dans la vie de Dexter ! Et par changements, il faut comprendre bouleversements radicaux de l'univers de notre tueur en série préféré, tant devant que derrière la caméra...

Ala fin de la saison 4, Dexter Morgan (Michael C. Hall) s'était trouvé confronté au Trinity Killer (John Lithgow), tueur au modus operandi immuable, échappant au FBI depuis des décennies. De son côté pris par une vie de famille avec Rita (Julie Benz) et leur nouvel enfant, Dexter avait alors dû concilier les affres de la paternité, sa carrière, et son Passager Sombre, ce dernier exigeant plus que jamais l'attention de notre héros...

Un point d'orgue visuellement traumatisant pour une saison qui, comme souvent avec Dexter, a divisé le public de la série, d'autant plus qu'elle prenait des risques. Fini en effet le suspense sur l'identité du serial killer de la saison, connue dès le pilote ; de même, finis les personnages secondaires épargnés, et par extension, fini le status-quo d'un happy-end final. Après la saison 4, la série était obligée d'évoluer...

 

Derrière la caméra, c'est ainsi le grand changemement : non seulement James Manos Jr (producteur et développeur du show) tire sa révérence, mais il part en compagnie de Clyde Phillips & Melissa Rosenberg (scénaristes depuis la saison 1 et showrunners actuels). Des départs (pas forcément volontaires) à rapprocher de celui de Daniel Cerone (showrunner de l'époque) en fin de saison 3.

dexter1.jpg

« Une reprise donc étrange et cotonneuse, qui suit tout le travail de deuil de Dexter à la suite du meurtre de Rita. Captivant, pour peu que l'on accroche à l'atmosphère particulière de l'épisode. »

Dexter est en état de choc, traversant tout ce 1er épisode comme un zombie (excellent travail de Hall), incapable de concilier sa réalité avec les attentes du monde extérieur.

Après s'être sortie de son combat contre le cancer, Michael reprend du service mais se sépare de Jennifer Carpenter après 2 ans de mariage.

Dexter-Morgan.jpg

Plus que jamais, le gouffre entre le vrai Dexter, et le masque qu'il revêt pour évoluer en société, est mis en évidence : privé des visions de Harry (James Remar), étrangement muet, Dexter s'estime responsable de la mort de Rita. Incapable d'exprimer physiquement son chagrin, il est hanté par des flashbacks de leur première rencontre...

Repost 0
Published by chrys76 - dans Mes séries TV
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 02:59

En 1976, un acteur  inconnu, Sylvester Stallone propose à plusieurs maisons de production un script inspiré de la vie de Rocky Marciano. C'est l'histoire d'un boxeur amateur, d'origine italienne, Rocky Balboa qui vient des bas fonds de Philadelphie à qui on donne la chance de combattre le champion du monde des poids lourds Appollo Creed.

images?q=tbn:ANd9GcR05dbxpxqptL1JI9U_WBH 

Après plusieurs refus, parce qu'il tient absolument a avoir le rôle titre, Sly réussit à se faire produire par Irvin Winkler de la MGM qui lui voyait plutôt James Caan ou encore Burt Reynolds dans le rôle principal. Il finit par accepter et après négociations Stallone se retrouve devant la caméra. L'histoire de l'étalon italien commence...

rocky-marciano-postcard.jpgrocky3-4.jpg

Côté casting, dans le rôle de Mickey, le coach de Rocky, Burgess Meredith qui à été Le pingouin dans la série TV Batman et Robin de 1966. Dans celui de la petite amie de Rocky, Adrian, Talia Shire qui est en fait la nièce de Francis Ford Coppola. Burt Young dans le rôle de Paulie le frère d'Adrian, un poivrot drôle, et fainéant. Enfin Carl Weathers ancienne gloire de la NFL qui est Appollo Creed.

 L'histoire du combat entre Appollo Creed et Rocky Balboa est en fait issue d'un match qui a eu réellement lieu entre l'une des légende ,sinon la légende de la boxe moderne: Mohamed Ali , et un challenger ressemblant étrangement au personnage de Balboa, un certain Chuck Wepner, combat qui a eu lieu en Mars 75. La légende veut que Stallone assista à ce combat et eu l'idée de son personnage suite à cette rencontre entre Ali et Wepner . Celui-ci était un combattant issu des bas fonds de la vieille Amérique, mais ayant un courage hors norme et qui lors de cette soirée, résista au grand ALI , le mettant même à terre lors de la 8ème reprise , mais par épuisement ALI le mit K.O à la 15ème . Enième victoire pour CLAY , mais défaite plus qu'honorable pour Chuck Wepner.

images?q=tbn:ANd9GcS8dOp-S1M_2tMkT0MrfCR

Avec un budget d'un peu plus d'un million de dollars et avec un tournage éclair en moins de 30 jours, Sylvester Stallone gagna donc son pari et obtint un oscar pour son rôle de boxeur frappant des cartiers de viande, ainsi qu'une notoriété qui va faire de lui la star mondiale que l'on connait aujourd'hui.

john_g_avildsen_rocky_1.jpg

Le mythe Rocky Balboa peut commencer...Il durera 30 ans

  images?q=tbn:ANd9GcSixEYFYB8rHpSS4C0Ij9Nimages?q=tbn:ANd9GcTuYnOXSb37DKIpbqxwvxk Il va s'en dire qu'un Sylvester Stallone fraîchement oscarisé, n'allait pas en rester là. Il fallait bien une revanche entre les 2 pugilistes. La suite paraît évidente, l'orgueil d'Appollo Creed en à prit un gros coup car même s'il gagne son combat, à été sévèrement blessé dans sa fierté de grand champion. D'ou en 1979, un second Rocky s'imposa tout naturellement remettant sur le ring les 2 protagonistes pour un combat titanesque s'inspirant quant à lui de celui de Mohamed Ali contre Joe Frazier.

images?q=tbn:ANd9GcT-LT23o7NM5xby9h0h6qOrocky_ii_sylvester_stallone_sylvester_st

images?q=tbn:ANd9GcTCKr4NhYNvEEbE7-b_mFsimages?q=tbn:ANd9GcRmphhd6awLFKqBIx7Kqf8

Suite à sa victoire contre Appollo Creed, Rocky est sur le toit du monde ! Champion du monde des poids lourds incontesté, il enchaine quelques victoires et décroche des contrats publicitaires juteux. Mais un jour ou il remet son titre en jeu, il tombe contre Clubber Lang (alias Mister T qui pour l'anecdote avant de devenir acteur, a été le garde du corps de Cindy Lauper) un chien fou qui le met KO de façon rapide et humiliante...

images?q=tbn:ANd9GcRU5xxPMv7eQ-C9DP0_LbCrocky-iii-l-oeil-du-tigre-1983-07-g.jpg

     1982 Rocky III L'oeil du Tigre avec Sly devant et derrière la caméra.

CLUBBER LANG Clubber Lang : "Je veux Balboa ! Donnez moi Balboa ! T'entends ça le vieux ? Dis lui de venir si il a des couilles ! Personne peut me battre, tu lui répèteras ça de ma part ! Je l'aurai ! Dis lui que lui pèterais la gueule moi, et que personne pourra m'en empêcher ! Dis à ton Balboa que j'arrive, je suis prêt pour lui, tu peux lui dire !" Avec une BO qui fait mouche : "Eye of the Tiger" du groupe rock Survivor, Rocky III est celui de toute une génération, celle des années 80 qui comme moi découvrira les 2 premiers Rocky après celui-ci. Un dénouement tragique à mi-film et le retour provientiel d'Appollo font de ce Rocky le meilleur de la saga. Ce qui va engendré 3 ans plus tard un 4ème opus...

 rockyiv.jpg

A l'image de Samson contre Goliath et surtout en pleine guerre froide sur- médiatisée, Rocky va devoir combattre l'ennemi Russe incarné par Dolph Lundgren : Le Grizzly de Sibérie Ivan Drago !!! Avant le combat, Paulie dira cette phrase historique " Ehh ! Rocky...Tu lui mets la gueule en 3 dimensions !!!"

2812.png La gloire et le patriotisme américain dans toute sa splendeur ! Nous sommes en 1985 sous l'ère Reagan. Le film commence par un combat de gala entre l'ancienne gloire des rings Appollo Creed contre ce boxeur inconnu venu de l'est Ivan Drago. Surenchère et show à l'américaine, James Brown chantant "Livin' in America" tandis qu'Appolo danse devant la bannière étoilée déguisé en Oncle Sam. En face le russe reste de marbre, avec un regard de tueur...

rocky_4_movie_image_ivan_drago__2_.jpgrocky-4-1985-14-g.jpgLa sculturale Brigitte Nielsen qui joue le rôle de la femme d'Ivan Drago, deviendra la seconde madame Stallone.

Avec une superbe BO (toujours de Survivor), ce Rocky est celui de la propagante pure Made in USA. Allant même jusqu'à montrer Rocky, tel un pionnier de l'ouest aller s'entraîner dans les montagnes Russe aidé par la douce Adrian, Paulie et Duke, l'ex coach d'Appollo alors que Drago lui dopé des doigts de pieds jusqu'à la racine des cheveux utilise les moyens High-Tech de l'époque. Le must du film, le discourt de Rocky à la fin de son combat contre Drago :

rocky-4-1985-15-g.jpg

"Merci...merci...merci..
En arrivant ce soir... je savais pas trop ce qui m'attendait...
j'sentais que... des tas de gens me haïssaient...et... et j'savais pas comment il fallait prendre ça alors... j'crois que dans le doute... J'vous ai hais aussi.
Au court du... du match... y a des tas de choses qui ont changé...
J'ai vu ce que vous ressentiez pour moi et ce que moi je ressentais... pour vous...
Sur le ring, y'avait deux gars qui s'entretuaient... mais quand meme, c'est mieux que... que 20 millions...
Alors vous voyez, ce que j'voulais vous dire...
C'est que si MOI j'ai changé...
Et que VOUS avez changé...
TOUT LE MONDE peut arriver à CHANGER!!!"

En 1990, retour du réalisateur du 1er Rocky, John G. Avildsen et présence de Tommy "Gunn" Morisson, arrière petit-neveu du "Duke" John Wayne et véritable boxeur professionnel (Il blessa d'ailleurs plusieurs cascadeurs pendant le tournage) ainsi que de Sage Stallone que l'on a aussi vu dans le précédent.

rocky-v-1990-06-g.jpg

Des séquelles physiques irréversibles suite à son combat contre Drago, amènent Rocky Balboa à poser les gants. Ruiné grâce à son éternel blaireau de beau-frère Paulie qui à investit une somme colossale d'argent dans un truc bidon, Rocky fait un retour aux sources. Il prend sous son aile un jeune champion plein d'avenir, Tommy Gunn et voit en lui sa fougue d'autrefois. Mais celui-ci ne va pas rester insensible à l'appât du gain et va le quitter pour rejoindre les rangs d'un coach plus fortuné.

t_g.jpg 163904710.gif

Le début de Rocky 5 commence là ou le 4 s'arrête. Il descend de l'avion et embrasse son fils qu'il n'a pas vu depuis 2 mois. 1 minute seulement plus tard cependant, il déjà est défié par un autre boxeur. Rocky Balboa annonce alors sa retraite officielle et  se retire dans son domaine en dehors de de Philadelphie... De la saga, c'est celui le moins réussit. Sly a voulu faire un film moins claquant et nostalgique. Mais a force d'en avoir usé la corde, ce Rocky passe plus aux yeux du public pour une série B. Comme le combat de fin Rocky contre Tommy qui est en fait une bagarre de rue.

rocky-balboa-2007-aff-01-g.jpg

A soixante piges passé, en 2006, Mister Stallone estime que la boucle n'est pas bouclée pour Balboa et déjà depuis quelques années, il souhaite terminer en apothéose la saga qui a fait sa gloire.  Un dernier baroud d'honneur à la Georges Foreman (qui lui retrouvera d'ailleurs un titre de champion du monde à plus de 40 ans).

3921868szaym.jpg?v=1rocky-balboa-2007-13-g.jpg

Dans cet ultime opus, Rocky n'a plus que son boulet de beau-frère Paulie auprès de lui. Adrian est morte d'un cancer et son fils, joué par Milo Ventimiglia (de la série TV Héroes) est en conflit avec lui. Rocky tient un restaurant à Philadelphie et raconte à ses clients ses combats passés, pose en photo et vit presque comme un hermite. Il n'a comme amie qu'une jeune femme jouée par Géraldine Hugues. Mais par le biais d'une pub de jeu sur console vidéo et cette irrésistible envie de remonter sur le ring est trop forte pour lui et réussit à obtenir une licence. Coaché par l'entraîneur d'Appollo, Duke (Incarné depuis 1976 par Tony Burton) toujours secondé par Paulie, il entre dans la légende face à Mase Dixon (Antonio Tarver véritable champion du monde des mi-lourds) l'actuel champion du monde...

   images?q=tbn:ANd9GcQ3b-qu4QJW0HAV5ph32Xq996506888_small.jpg

Pari réussit pour notre Sly International qui réussit avec justesse ce dernier film qui nous rappelle sans conteste ses débuts, 30 ans plus tôt en partant à la fin de son combat avec le respect bien mérité du public !

rockystatue.jpg

"Une légende s'écrit jusqu'au dernier round !"

Repost 0
Published by chrys76 - dans Les sagas
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 22:16

Autre film culte et de référence qui a marqué la génération 80, Wall Street en 1987 d'Oliver Stone qui nous a dernièrement fait une suite avec toujours Mister Michael Douglas dans le rôle qui lui a d'ailleurs valu un oscar, le magnat de la finance, Gordon Gekko.

 Résumé : Bud Fox un jeune loup et courtier d'une banque d'affaires de Wall Street, réussit à séduire un investisseur de renom, Gordon Gekko. Ce dernier lui explique que l'avarice et l'ambition sont les premières vertus s'il veut vraiment réussir dans le milieu de la finance. Ce qui va à la fois le propulser dans le monde des "yuppies" et lui attirer un certain nombre de problèmes.

En plein coeur du mandat présidenciel de Ronald Reagan, Oliver Stone nous livre un ambitieux Thriller financier qui pointe du doigt les moeurs douteuses d'un libéralisme décomplexé et déjà naissant à l'époque. Il nous présente donc un haut financier sans scrupule Gordon Gekko, un Golden boy méchant, arriviste et néamoins charismatique. Le film démontre la crise financière qui plombe à la fin des années 80, l'économie mondiale depuis plus d'un an et essai de nous faire comprendre un peu naïvement les rouages complexes, tentaculaires et cyniques du système boursier de New-York.

Au casting : Michael Douglas, Charlie Sheen, Daryl Hannah, Martin Sheen, John C. McGinley, Hal Holbrook et Terence Stamp.

Pour interpréter Gordon Gekko, le cinéaste avait tout d'abord pensé à Richard Gere et Warren Beatty.  Quant à Tom Cruise, il était intéressé par le rôle de Bud Fox, mais Oliver Stone avait déjà porté son choix sur Charlie Sheen. Ils tourneront finalement ensemble deux ans plus tard, avec Né un 4 juillet.

"La finance a été pervertie, comme l'agro-industrie, par l'obsession du rendement. Mais si nous utilisions l'argent comme du fumier et non comme de l'engrais de synthèse ?" G.GEKKO pour Fortune 

 

Sortie le 29 septembre 2010

Synopsis : en plein krach boursier de 2008, un jeune trader, Jacob Moore, est prêt à tout pour venger son mentor, que d'obscures tractations financières ont poussé au suicide. Il demande de l'aide à Gordon Gekko, le meilleur - et le pire - des gourous de la finance, qui vient de sortir de 8 ans de prison pour délit d'initié.

Miné, mal coiffé, seul, Gordon Gekko n'a pourtant plus rien d'un magnat de la finance. Tout le monde lui tourne le dos, y compris sa propre fille, Winnie, qui lui reproche le suicide de son frère. Or Jake, qui est son petit ami cherche à venger le suicide de son mentor. Sans le dire à Winnie, Jake rencontre Gordon lors d'une conférence où l'ancien gourou de Wall Street loue les bienfaits de l'avidité, et lui propose un marché ; en échange d'informations, Jake l’aidera à renouer des liens avec sa fille... Jacob va apprendre à ses dépens que Gekko reste un maître de la manipulation, et que l'argent ne dort jamais. Fondamentalement, Gordon Gekko n'a pas changé. Après plusieurs années de prison, le voilà de nouveau libre et prêt à se « refaire ».

La suite du premier film ou encore une version moderne du monde des échanges financiers qui vient de connaître sa crise la plus dramatique et dommageable pour l'économie depuis la Grande Dépression. Wall Street : money never sleeps est une fiction qui représente une réalité qui existait avant la crise financière et qui existe toujours deux ans après la faillite de Lehman Brothers. Avidité, cupidité, appât du gain, « ce n'est pas une question d'argent, affirme Gordon Gekko dans le film, ce qui est important, c'est le jeu ».  
          
Transiger, négocier, échanger, jouer, parier, miser... le nouveau film d'Oliver Stone sur le monde de Wall Street porte sur ces investisseurs qui voient la bourse comme un immense casino, qui achètent et qui vendent tous les jours, comme une personne ayant un problème avec le jeu et qui est prête à déplumer tous les gens qui l'entourent en retour de promesses bidon.
C'est ainsi qu'Oliver Stone voit les courtiers de Wall Street. Son regard peut paraître caricatural dans la représentation de l'effondrement boursier de septembre 2008, mais le résultat est le même. Le monde de la finance, selon Oliver Stone, est malsain. L'avidité y est érigée en système comme un cancer qui ronge un être humain. Et personne ne retient de leçon.  
 
« Wall Street: Money Never Sleeps » a eu son avant-première mondiale à Cannes.  

Au casting avec  Mister Michael Douglas, la dernière coqueluche d'Hollywood Shia Labeouf, Carey Mulligan la nouvelle Audrey Hepburn, Josh Brolin, Susan Sarandon, Franck Langella, le vétérant Eli Wallach et Vanessa Fertilo que l'on a pu voir dans CSI Manhattan.

Wall Sreet 2, retour gagnant !!!

Repost 0
Published by chrys76 - dans Les sagas
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 02:36

Si vous suivez un peu l'actu hollywoodienne, vous savez alors très certainement que nous ne manquerons pas de mutants dans les années à venir : X-Men Origins : Deadpool, X-Men Origins : First Class, Wolverine 2, un spin-off autour de Magneto, autant de projets qui vont venir ajouter à la mythologie des mutants sur grand écran. Mais même si la liste est déjà impressionnante, elle vient de gonfler avec un film que nous n'attendions aucunement.


En effet, et bien que la série-mère X-Men ne devait être qu'une trilogie au cinéma, un quatrième épisode serait sérieusement envisagé ! C'est la productrice Lauren Shuler Donner qui a annoncé la chose, lors d'une conférence de presse pour la sortie DVD de X-Men Origins : Wolverine.


Rien n'est pour l'instant gravé dans la pierre, la productrice devant encore vendre le projet à la Fox, mais on s'étonnera malgré tout de ce revirement quand les responsables juraient leurs grands dieux qu'il n'y aurait pas de suite au film de Brett Ratner, d'autant que les spin-offs se multiplient comme des petits pains. Il faut croire cependant que cela ne suffit pas, et on se demande désormais qui reviendrait pour cet X-Men 4. Car si l'épouse de Richard Donner avouait désirer le retour de Bryan Singer, nous imaginons mal le réalisateur accepter l'offre tout comme l'indispensable Hugh Jackman, qui n'aurait participé à X-Men Origins : Wolverine que parce qu'il en tenait le rôle principal. Faut-il alors s'attendre à un reboot de la franchise, ou tout du moins à un nouveau départ ?


En même temps, et toujours avec la même boulimie d'adaptations, Lauren Shuler Donner a également annoncé qu'elle cherche à mettre en route un film sur Les Nouveaux Mutants, une autre équipe du professeur Xavier.
Elle est composée de  : Karma, Rocket, Magik,Solar, Cypher/Warlock, Moonstar, Magma et Rahne.  Interrogé sur son scénario de The incredible Hulk , Zak Penn a confié qu'il n'en avait pas fini avec l'univers de Marvel Comics : il a été contacté pour se charger du scénario d'un film sur Les Nouveaux Mutants (la génération de mutants formée par le Pr. Xavier après les X-Men) qui serait immédiatement mis en chantier si X-men origins : Wolverine connaissait le succès.

En avant goût, voici la 1ère photo non-officielle du film de Matthew Vaughn X-Men First-Class !

 Avec Alex Summers alias Havok (Lucas Till), Eric Lehnsherr alias Magneto (Michael Fassbender), Raven Darkholme alias Mystique (Jennifer Lawrence), le docteur Moira MacTaggert (Rose Byrne), Hank McCoy alias le Fauve(Nicholas Hoult), Angel Salvatore (Zoë Kravitz), Azazel (Jason Flemyng), Charles Xavier (James McAvoy), Emma Frost (January Jones) et enfin Sean Cassidy alias le Hurleur (Caleb Landry Jones),qui manque sur cette photo.

Avant d'être le Prof X, il était Charles... Avant d'être Magneto, il était Erik...

Repost 0
Published by chrys76 - dans Les supers-héros
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 21:36

Sur le thème de la comedie française très sympathique à voir en famille, je vous propose le film de Fredéric Auburtin, Envoyés Très Spéciaux avec un duo de Gérard, Lanvin et Jugnot.

Envoyés très spéciaux marque les retrouvailles entre Gérard Lanvin et Gérard Jugnot. Donc deux Gérard pour le prix d'un ! Les deux hommes se sont croisés au milieu des années 80, au début de la formation du Splendid, avant de faire chacun leur bonhomme de chemin et la carrière fulgurante que l'on leur connaît.

 

Synopsis : R2i, deuxième radio de France, offre une soirée pour fêter ses très bons résultats et décide d'envoyer en Irak son meilleur duo de reporters: Franck, célèbre journaliste, et Poussin, ingénieur du son. Pendant que Frank Bonneville (Gérard Lanvin), le reporter star de la station passe un très bon moment avec Françoise, une de ses admiratrices (Valérie Kaprisky), Albert Poussin (Gérard Jugnot) est envoyé en urgence couvrir un fait divers. Il est ingénieur du son, et fulmine d'avoir dû laisser sa femme toute seule à la fête. Le lendemain matin, Frank est convoqué par son rédacteur en chef : il doit précipitament rejoindre l'Irak où les conflits s'intensifient. Il sera accompagné de Poussin, technicien compétent mais pas vraiment habitué au grand reportage.Le problème, c'est que Frank ne savait pas que Françoise était la femme de Poussin, et que ce dernier est encore effondré par le départ matinal et incompréhensible de sa compagne ! Il en perdrait même les billets d'avion et l'argent du voyage... Nos deux compères sont pourtant bien obligés d'effectuer leurs reportages, et tout ça en évitant soigneusement les sujets qui fâchent. Car les millions d'auditeurs suivent leurs récits très documentés, reflétant "à chaud" l'intensité des combats et la difficile survie de la population.

Le jour où Franck et Poussin sont victimes d'une prise d'otages, un mouvement de solidarité d'une rare ampleur s'organise pour obtenir leur libération : autour du slogan "un euro pour nos otages", la France se mobilise en masse. Mais le gros souci pour Franck et Poussin, nos deux Envoyés Très Spéciaux, ce n'est pas vraiment la prise d'otages : leur vrai problème, c'est plutôt qu'ils n'ont jamais mis les pieds en Irak et que c'est depuis le coeur de Barbès, qu'ils les enregistrent...

Mon avis : Après le décevant San Antonio, on craignait le pire du nouveau film de Frédéric Auburtin. Le cinéaste surprend plutôt avec ce film qui détourne un sujet sensible mais qui a provoqué certaines polémiques d'avoir fait une comédie sur un sujet aussi grave que la prise d'otage. En fin de compte ce film se moque surtout du mode de fonctionnement des médias qui traitent ce type d'évènement.

Les rôles sont donc bien répartis et définis, entre le beau gosse, bougon et sur de lui pour Gérard Lanvin et le gentil, looser et naif  pour Gérard Jugnot. Un duo que l'on a l'habitude de voir surtout pour les 2 Gérards qui ont déjà joué à mainte reprise ce type de rôle. Mais ça marche toujours, la preuve en est que ce film est vraiment un bon divertissement familiale. L'engrenage se met en place et la situation devient vite cauchemardesque pour les 2 protagonistes.

 

Néamoins, dommage que les personnages secondaires, d'Anne Marivin, Valérie Kaprisky, Laurent Gérra et Omar Sy, soient un peu sous-exploités.

 

Aux Box-Office, Le film n'est resté 2 semaines à l'affiche mais a totalisé quand même 448 577 entrées.

Repost 0
Published by chrys76 - dans Les films à voir
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 02:07

Les évadés est selon moi, la meilleure adaptation cinématographique d'un roman de Stephen King. Ce qui parait contradictoire, c'est qu'à la différence des nombreux romans du maître de l'angoisse, celui-ci n'est pas un genre fantastique comme la  quasie ensemble de toutes ses oeuvres.

Stephen King

L'adaptation sur grand écran des évadés a été réalisée par Franck Darabont en 1994. C'est le premier film que Stephen King confie au réalisateur qui signera par la suite d'autres adaptations du maître comme La ligne Verte ou encore The Myst avec un peu moins de réussite. Ces 2 films restent néanmoins de très bon moment de frisson.

 

Synopsis:

Condamné à la prison à perpétuité pour le meurtre de sa femme et de son amant dont il clame son innocence, Andy Dufresne se retrouve incarcéré dans la prison de Shawshank, réputée pour être l'établissement pénitencier le plus dur du Maine. Il y rencontre un détenu noir surnommé Red, avec lequel il noue une très forte amitié.  Andy, contrairement aux autres détenus garde l'espoir de sortir un jour de cette prison grâce à une éventuelle remise de peine, mais ce n'est pas du goût du directeur du centre qui compte exploiter les compétences de compatble d'Andy pour ses affaires personnelles.

 Bob Gunton dans le rôle du directeur de la prison.

 Clancy Brown & William Sadler

Mon avis : Le film tient autant sa force dans le scénario que dans le jeu des deux acteurs principaux. Tim Robbins, a là son plus beau rôle qu'il assume avec subtilité et justesse. Quant à Morgan Freeman, il confirme dans son rôle de vieux taulard qui après 30 ans d'emprisonnement ne supportera pas la liberté, prouve qu'il est un grand acteur après avoir été "oscarisé" pour le film Glory d'Edward Zwick.

Sur le même thème, Les évadés n'a rien à envier à un célèbre et grand prédécésseur, le film Papillon de Franklin Schaffner (1973) avec Steve Mc Queen, Dustin Hoffman, Don Gordon, Victor Jory et Anthony Zerbe.


Synopsis:

Henri Charrière (Steve McQueen), dit "Papillon", est condamné au bagne de Cayenne pour le meurtre d'un souteneur qu'il nie avoir commis. Il arrive par bateau en compagnie de nombreux prisonniers, parmi lesquels  Louis Dega (Dustin Hoffman) un célèbre faussaire. Les deux hommes sont envoyés dans les marais. A la suite d'une échauffourée, Papillon tente de s'échapper. Mais il est vite repris et doit purger deux années à l'isolement complet en plus de ses années de peine. Lorsqu'il retrouve l'air libre, il est bien décidé à trouver par tous les moyens un bateau pour renouveler sa tentative d'évasion...

Fondé, comme chacun le sait, sur l'histoire authentique vécue par Henri Charrière, le film dépeint avec une authenticité et un réalisme saisissants les conditions de vie ( à supposer qu'il soit possible d'employer un semblable terme ! ) des prisonniers, ou plutôt des bagnards qui, jusqu'en 1946 ont été expédiés en Guyane afin de purger leur peine et, comme le dit l'un des responsables du camp, afin de débarrasser la France de leur présence. Sans jamais forcer le trait, l'oeuvre dissèque avec acuité, grâce en grande partie aussi à l'interprétation exceptionnelle des deux acteurs, la lente et inéluctable brisure des personnalités, avec, pourtant, dans certains cas rarissimes, une étincelle d'espoir tellement ancrée dans l'âme qu'elle parvient, malgré les décennies d'incarcération, à briller en permanence, jusqu'à permettre la plus délirante et improbable des évasions. La luxuriance et la splendeur de certains décors naturels contraste de manière poignante avec la désertification intérieure qui gagne progressivement les corps, les coeurs et les esprits. 

 Mon avis :  Une tragédie aussi sobre que puissante et profondément humaine. Le jeu de Steve Mc Queen est d'une telle intensité qu'il égale les les plus grands acteurs tragiques de son époque. Le "jeune" Dustin démontre déjà qu'il est voué à une belle et magnifique carrière.

Repost 0
Published by chrys76 - dans Mes films cultes
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 21:31

J'ai découvert l'acteur Tom Hanks dans les années 80 avec la comédie Big. Par la suite, il se fera surtout connaître du grand public pour son rôle de flic dans Turner et Hooch en 1989. Il y partage l'affiche avec... un Dog de Bordeaux qui à lui tout seul vaut vraiment le détour. Ce film confirmera son statut d'acteur comique.

Thomas Jeffrey Hanks est acteur, réalisateur et producteur de cinéma américain, né le 9 juillet 1956 à Concord, en Californie. En 1980, la chaîne de télévision ABC lance un programme de développement de talents, dans l'espoir de trouver des jeunes acteurs susceptibles de booster les audiences. Tom Hanks  joue dans une série de sitcoms. En 1982 il rencontre Ron Howard alors réalisateur débutant sur le tournage de Happy days. Alors que Howard sélectionne ses acteurs pour jouer dans son nouveau film Splash avec Darryl Hannah, il auditionne Hanks pour un second rôle : sa prestation plait tellement à Howard qu'il lui propose le premier rôle. Il se fait remarqué dans la parodie Dragnet aux côtés de Dan Aykroyd, un film signé Tom Mankiewicz en 1987.

Son rôle dans Big en 1988 constitue son premier grand succès. Il y joue le rôle d'un enfant se réveillant un jour dans le corps d'un adulte, et son interprétation lui vaut sa première nomination aux oscars de 1989.

En 1990, Tom Hanks entreprend de jouer dans des rôles dramatiques, avec tout d'abord Le Bûcher des vanités. Malgré sa distribution (Bruce Willis, Melanie Griffith et Morgan Freeman), un réalisateur prestigieux qu'est Brian de Palma et un budget élevé, le film s'avère être un échec commercial retentissant.

 Ensuite il enchaîna des films qui feront de lui une star hollywoodienne à part entière avec de rôles qui comfirment que cet homme est un acteur de la même trempe qu'Al Pacino ou encore Robert DeNiro. Pour exemple Il subit des transformations physiques pour certains de ces films : il perd une quinzaine de kilos pour Philadephia, et une vingtaine pour Seul au monde.

Ses rôles les plus marquant !

On le voit tour à tour, amoureux de Meg Ryan dans la comédie romantique Nuits Blanches à Seattle en 1993 (il récidivera en 1998 avec Vous Avez un Message), en 1995 il est astronaute dans Appolo 13 de Ron Howard et prête sa voix à Woody dans Toy Story la même année. Puis il est gardien-chef de prison dans le film adapté d'un roman de Stephen King La Ligne Verte en 1999 de Jan De Bont puis naufragé dans Seul au monde en 2000 et retrouve Robert Zemekis. En 2002, il est dabords tueur à gage au service de la mafia irlandaise aux côtés du grand Paul Newman dans Les Sentiers de la Perditions puis agent du FBI qui poursuit Leonardo DiCaprio dans Arrête Si Tu Peux  de Spielberg. En 2004, il joue le rôle d'un cambrioleur excentrique dans Ladykillers, puis il collabore une fois de plus avec Steven Spielberg pour le Terminal (The terminal), film dans lequel il joue aux côtes de Catherine Zeta-Jones. En 2006, il est écrivain/détective aux côtés d'Audrey Tautou et Jean Reno dans Da Vinci Code de Ron Howard et reprendra ce rôle en 2009 dans Anges et Démons. Entre deux il est en 2007, polititien dans La Guerre Selon Charlie Wilson.

Mais mon top 3 de ses meilleurs films et surtout pour ses interprétations magistrales sont : Philadelphia en 1993 de Jonathan Demne avec lequel il partage l'affiche avec un autre futur grand acteur : Denzel Washington. Avec aussi pour moi la plus belle chanson écrite pour un film, Street to the Philadelphia du "Boss" Bruce Spingsteen, Forrest Gump en 1994 de Robert Zemeckis (Mister Back to the Future) et Il Faut Sauver Le Soldat Ryan en 1996 avec Matt Damon et Tom Sizemore (qui obtiendra l'oscar du meilleur second rôle) de son pôte Steven Spielberg où il joue le rôle du Capitaine John H. Miller.

C'est avec Philadelphia (1993) que Hanks va connaître la consécration. Il y interprète un avocat homosexuel atteint du sida, aux côtés de Denzel Washington et Antonio Banderas. En 1994, il tient le rôle de Forrest Gump dans le film éponyme, sous les traits d'un homme simple d'esprit, acteur et spectateur des événements marquants de l'histoire de la seconde moitié du XXe siècle aux États-Unis. Pour ces rôles, il obtient consécutivement deux Oscars du meilleur acteur, exploit que seul Spencer Tracy (en 1937 et 1938) avait réalisé avant lui. Autre similitude : les deux comédiens avaient 39 ans au moment de leur second sacre.

 Frères d'armes (Band of brothers), qu'il créa avec Steven Spielberg en 2001, relatant la vie de soldats américains sur les fronts européens de la seconde guerre mondiale. Puis ils produiront 9 ans plus tard The Pacific, la télésérie relatant cette fois le front du pacifique.

Steven Spielberg et Tom Hanks avec les acteurs principaux de The Pacific.

Souvent comparé à l'mmense James Stewart, il est l'un des acteurs les plus doué de sa génération et pour cause avec 2 
Oscars et 2 Golden Globes du meilleur acteur ainsi que ses nombreuses nominations.

                                                                                                Tom Hanks et sa femme Rita Wilson

Au 1er janvier 2007, les films auxquels il a participé ont généré plus de trois milliards de dollars au box-office américain, faisant de Tom Hanks l'acteur le plus prolifique de l'histoire du cinéma en matière de succès commerciaux. En 2006, le magazine Forbes le classe 31e des célébrités les mieux payées du monde avec des revenus de 29 millions de dollars.

Repost 0
Published by chrys76 - dans Les acteurs
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 23:27

Après l'excellentissime The Town de Ben Affleck, voici Tackers un prochain film sur des supers braqueurs de banque emmenés par Paul Walker qui avec sonlook et un regard qui me fait penser à Kevin Costner dans Bodyguard, le Rappeur-Frappeur Chris Brown et le Jedi/Vador Hayden Christensen face à un flic sur la corde raide version Clint Eastwood, Matt Dillon.

Date de sortie France : 10 novembre 2010

Takers (anciennement connu sous le nom Bone Deep) est un film de 2010 réalisé par John Luessenhop à partir d'un sujet et le scénario écrit par Luessenhop, Gabriel Casseus, Peter Allen, John Rogers et Avery Duff. Il dispose d'un casting qui inclut Matt Dillon, Chris Brown, Idris Elba, TI, Jay Hernandez, Paul Walker, Hayden Christensen et Zoe Saldana.

Synopsis : Amis de longue date, Gordon Jennings, John Rahway, A.J. et les frères Attica vivent dans le luxe. Voitures de sport, costumes chic et femmes superbes : l'argent coule à flots. Leur secret ? Des braquages de banque ultra sophistiqués. Un seul par an, d'une extraordinaire audace et réglé dans les moindres détails. Mais leur dernier exploit a précipité l'inspecteur Jack Welles à leurs trousses. Flic de la vieille école, il a tout sacrifié à son job, femme, enfant et vie privée et il s'est juré de les coincer avant leur prochain coup. C'est alors que Ghost, un ancien complice de la petite bande, refait surface après un séjour en prison et leur propose le casse du siècle, celui qui leur permettra de raccrocher définitivement.

Film TakersCritique Takers

Premier film d'action réussit pour le réalisateur John Luessenhop.

On accroche du début à la fin. Le film commence avec de belles scènes d'action qui nous emmène dans 1 braquage de haute voltige. Malgré quelques temps morts, on ne s'ennuis pas. A noter le style du réalisateur qui essai de s'approcher timidement du grand Michael Mann.

 

Côté casting feminin la présence de Zoe Saldana (Avatar) et Marianne Jean-Baptiste (FBI Porté disparus)
Takers est donc plutôt spectaculaire : avec de belles de cascades, d'action, d'évasion, de courses-poursuites prenantes, règlement de compte et fusillades entre voleurs et policiers.
Il y a pas mal de tension, d'adrénaline et de suspense également. Les rebondissements nous permettent d'avoir un scénario assez bien rythmé.

Prévue un temps pour février 2010, cette production budgétée à 20 millions de dollars est l'une des surprises de la rentrée au box-office américain. Le film est sorti sur peu d'écran (à peine 2.200), mais démarre royalement avec plus de 7M$ pour son vendredi d'investiture.
Au milieu d'un casting très black se sont glissés le séduisant Paul Walker et l'ancien Jedi Hayden Christensen. Matt Dillon fera donc figure de vétéran au coeur d'un casting très jeune. A noter que le cinéaste John Luessenhop réalise ici son second long-métrage après Lockdown (2000), sorti dans une combinaison très limitée de salles aux States et directement en DVD dans de nombreux pays. Takers, par son casting et son distributeur, devrait connaitre un sort plus enviable.


Mon avis : Un bon polar dans la lignée d'Inside Man de Spike Lee, Collateral de Michael Mann ou encore The Town de Ben Affleck avec une fin tragique à la Butch Cassidy et Le Kid pour 2 des protagonistes. On suit l'histoire sans se lasser. C'est un bon moment de cinéma d'action que je recommande.

Repost 0
Published by chrys76 - dans Les films à voir
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de latuile76
  • Le blog de latuile76
  • : Pour tous ceux qui aiment le cinéma et les séries TV ! Sur ce blog, je donne tout simplement les impressions sur ce que je regarde...
  • Contact

Recherche

Liens