Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 08:46

Le génial réalisateur du "Labyrinthe de Pan" et de "Hellboy" Guillermo Del Toro, se lance dans un méga big blockbuster hollywoodien dans un film d'effets spéciaux à la "Transformers" et faisant quelque peu aussi pensé à l'indigeste "Battleships". A travers "Pacific Rim", le metteur en scène a cherché à rendre hommage aux films de monstres géants japonais "kaijū eiga", un genre qu’il affectionne particulièrement.

  Ce film raconte l'histoire de l'affrontement entre "Kaiju" et "Jaeger" créés par les hommes pour leur faire face. Le mot "Jaeger" vient de l'allemand et signifie "chasseur", tandis que "Kaiju" vient du japonais, traduit littéralement par "bête gigantesque" ou "bête étrange". Il s'agit d'un terme communément utilisé pour désigner les monstres des films de science-fiction japonais comme Godzilla.

 

Les Kaiju et Jaeger ont été l'objet de toutes les attentions des artistes et illustrateurs afin de leur donner à chacun une identité visuelle forte et singulière. Guillermo a donné carte blanche aux graphistes avec pour seule consigne de s'inspirer de lézards, crustacés ou d'insectes. Les Kaiju ont même différents surnoms : Knifehead (Tête de lame), Axehead (Tête de hache), Leatherback (Dos de cuir)...

 

Synopsis : Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau (Charlie Hunnam) et une jeune femme en cours d’entraînement (Rinko Kikuchi) qui font équipe pour manoeuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

  Dans Pacific Rim, Guillermo Del Toro collabore une fois de plus avec son acteur fétiche Ron Perlman, après Cronos, Blade 2 et Hellboy  I & II. Pour l'occasion, le comédien retrouve son statut d'être humain dans un film de del Toro pour la première fois depuis Cronos en 1993. Ce film marque également les retrouvailles de Perlman avec Charlie Hunnam, les deux hommes se connaissant très bien de par la série à succès Sons of Anarchy. A l’origine, Tom Cruise devait incarner le personnage d'Idris Elba qui avec des super-productions comme Thor ou encore Prometheus, devient un acteur du genre.

Charlie Hunnam et Rinko Kikuchi

  Charlie Hunnam a été choisi pour le rôle principal de Pacific Rim après avoir rencontré le réalisateur, alors qu'il n'avait pas lu le scénario : "J’ai tout de suite accepté et c’est bien la première fois de ma vie que je le faisais sans avoir lu le script", raconte-t-il, en poursuivant : "Cela prouve à quel point que je lui fais confiance parce que, scénario ou non, j’allais donner mon accord pour tourner sous la direction de Guillermo." A ses côtés la très jolie actrice Rinko Kikuchi qui a joué dans Assault Girl dans son 1er rôle à l'écran et prochainement dans 47 Ronin Shangaï avec John Cusak.

Les cockpits des Jaegers, abritant les pilotes incarnés par les acteurs, ont été intégralement construits pour les besoins du film : particulièrement imposants, ils pesaient entre 20 et 34 tonnes pour une hauteur de 6 mètres, construits sur une base amovible pouvant secouer toute la structure. Les acteurs, directement attachés aux machines par les mains, les bras, le dos et les pieds, subissaient donc directement la violence des coups, rendant le tournage particulièrement éprouvant.  Le réalisateur: "Je voulais que les chocs soient très violents, et que tous les éléments entrent en collision de façon instantanée et viscérale, afin que les acteurs réagissent vraiment physiquement auximpacts." 

                            

Les combats se déroulant pour la plupart dans l'Océan Pacifique, l'eau a été omniprésente pendant le tournage. Laird McMurray, responsable des effets spéciaux, raconte :"Nous avions installé d’énormes jets d’eau (...) programmés pour asperger les acteurs à différents moments, allant parfois jusqu’à un rythme de 4 500 litres par prise. Et il fallait chauffer l’eau, car nous tournions en hiver au Canada."

  Le film a été converti en 3D en post-production, ce qui peut paraitre étonnant étant donné que Del Toro a toujours été réfractaire à ce procédé. Cette décision réside en fait d'une volonté de la Warner, celle-ci ayant jugé que ce film, faisant la part belle à la robotique, comporte des éléments se prêtant parfaitement à des effets 3D. D'aileur il a préféré opter pour des techniques d'animation traditionnelles pour le déplacement des robots et non de la motion capture, qui aurait trop "humanisé" leur démarche selon le réalisateur. Un deuxième volet  serait déjà en projet, avec Guillermo à l'écriture du scénario et peut-être à la réalisation.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les films à voir
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de latuile76
  • Le blog de latuile76
  • : Pour tous ceux qui aiment le cinéma et les séries TV ! Sur ce blog, je donne tout simplement les impressions sur ce que je regarde...
  • Contact

Recherche

Liens