Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 19:09

Vincent Lindon, Nadine Labaki, le jeune et talentueux Max Baissette de la Malglaive et Gilles Lellouche dans le 3ème thriller de Fred Cavayé, Mea Culpa. Un bon et même un très bon  polar à la française. Bien entouré, Fred Cavayé retrouve 2 acteurs chevraunés avec lequel il a déjà travaillé et s'assure les services au script de l'un des maître du genre en la personne d'Olivier Marchal...

 

Synopsis : Flics sur Toulon, Simon et Franck fêtent la fin d'une mission. De retour vers chez eux, ils percutent une voiture. Bilan : deux victimes dont un enfant. Franck est indemne. Simon, qui était au volant et alcoolisé, sort grièvement blessé . Il va tout perdre. Sa vie de famille. Son job de flic. Six ans plus tard, divorcé de sa femme Alice, Simon est devenu convoyeur de fonds et peine à tenir son rôle de père auprès de son fils Théo qui a désormais 9 ans. Franck, toujours flic, veille à distance sur lui. Lors d'une corrida, le petit Théo va être malgré lui le témoin d'un règlement de compte mafieux. Très vite, il fera l'objet de menaces. Simon va tout faire pour protéger son fils et retrouver ses poursuivants. Le duo avec Franck va au même moment se recomposer. Mais ce sera aussi pour eux l'occasion de revenir sur les zones d'ombre de leur passé commun.

 

Mea Culpa marque les retrouvailles de Fred Cavayé avec Vincent Lindon et Gilles Lellouche. Bien qu'ayant tous 2 travaillé avec le réalisateur, c'est la première fois que les deux acteurs se retrouvent ensemble dans le même film. Lindon avait déjà participé à Pour elle en 2008 et Lellouche avait collaboré sur A bout portant en 2010 et Les Infidèles en 2011. Prouvant une fois de plus que le polar français assure Pour Elle a fait l'objet d'un remake américain, Les 3 Prochains Jours avec Russell Crowe, Olivia Wilde et Elizabeth Banks en 2010.

   A l'origine, le 1er script a été rédigé par Guillaume Lemans sur une idée d'Olivier Marchal. Après l'abandon d'un autre projet, Fred Cavayé a repris l'idée et l'a modifiée pour en faire un film dont le thème tourne plus autour de la rédemption que de la vengeance. Marchal et Fred Cavayé se connaissent bien puisqu'ils avaient collaboré ensemble sur Pour elle en 2008.

 Fred Cavayé Le réalisateur confie que Mea Culpa, 3ème volet d'une série de films qu'il considère comme une trilogie, sera une sorte de mélange de ses deux précédents films. Il souhaitait que Mea Culpa réunisse à la fois l'émotion de Pour Elle et l'action d'A Bout Portant : "Mea Culpa ayant bénéficié de tout ce que j’ai appris sur mes deux premiers films, je le voulais comme un idéal de cinéma d’action tel que je le conçois. Un cinéma à la fois ludique et émouvant", explique le metteur en scène.

 

La rencontre de Max avec le cinéma, à « 6 ans et demi », a été un coup de foudre. « Son père avait vu une affichette pour de la figuration dans Versailles, de Pierre Schoeller avec Guillaume Depardieu. Il s'est dit : « Ça pourrait amuser Max. » Le petit bonhomme est ressorti avec le premier rôle. « Tu peux recevoir autant d'enfants que tu veux, de toute façon, c'est moi que tu vas choise (NDLR : choisir) », avait dit Max au réalisateur lors du casting…

Pour Fred Cavayé, ce film devait être du cinéma interactif. Il souhaite que le spectateur utilise son propre vécu pour réagir à ce qu'il voit. Pour aller dans ce sens, le réalisateur a choisi de minimiser les dialogues : "Le dialogue n’est là que pour faire passer quelque chose qu’on ne peut véhiculer par l’image, ou même par la musique". Il ajoute : "Le spectateur n’est pas un animal que l’on nourrit, c’est un être humain avec des sentiments universels que l’on peut utiliser pour raconter l’histoire."

 

Lindon et Lellouche n'ont pas ménagé leur peine sur le tournage de Mea Culpa. En effet, ils ont tous les deux été blessés à plusieurs reprises. Le premier s'est notamment fait plusieurs hématomes, un claquage, cassé une côte et sa tête a violemment frappé un rail de chemin de fer pendant le tournage de la bagarre finale. Le second, lui, s'est fait une sévère coupure en tournant la scène où il dévale une pente le long de la voie ferrée. Il avait refusé de se faire doubler pour cette cascade.

 Nadine Labaki Nadine Labaki attends the 'Inside Llewyn Davis' Premiere during the 66th Annual Cannes Film Festival at Grand Theatre Lumiere in Cannes.

Nadine Labaki, nouvelle venue dans l'univers de Cavayé  avait déjà été pressentie pour interpréter le rôle de Nadia dans A Bout Portant. C'est finalement Elena Anaya qui avait eu le rôle. C'est donc tout naturellement que le réalisateur a pensé à Nadine Labaki pour jouer Alice.

 

Le metteur en scène souhaitait changer l'esthétique de son nouveau film en se séparant de celui cdu polar français classique. Pour cela, il s'est entouré d'un nouveau chef opérateur Danny Elsen qui lui a permis de tester de nouveaux horizons. Il confie : "Je voulais vraiment rompre avec l’esthétique du polar français, avec cette image désaturée que j’avais en effet adopté pour mes deux précédents films, pour aller vers l’opposé, vers des images très saturées. Cela donne quelque chose de plus ludique, de plus graphique, avec un visuel presque surréaliste par instants."

Partager cet article

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les incontournables
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de latuile76
  • Le blog de latuile76
  • : Pour tous ceux qui aiment le cinéma et les séries TV ! Sur ce blog, je donne tout simplement les impressions sur ce que je regarde...
  • Contact

Recherche

Liens