Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 01:08

Le nouveau film de Philippe Lefebvre "Une Nuit", nous plonge dans le monde de la nuit parisienne, à l'atmosphère sombre, glauque, parfois étouffant, ce film suit les pas d'un Roschdy Zem charismatique au mieux de sa forme qui incarne un flic de la brigade mondaine. A noter aussi que le retour sur nos écrans de Samuel Le Bihan. Un polar surprenant dans lequel on n'entend aucun coup de feu...

  « La nuit, c’est la vie à l’envers » nous annonce " Une nuit", prochain film de Philippe Lefebvre qui est sortit le 4 janvier. Aux côtés de Sara Forestier et Samuel Le Bihan, Roshdy Zem y est Simon Weiss, commandant à la Brigade Mondaine. Comme chaque soir, il entreprend sa tournée des établissements de nuit. Mais une nuit, il va devoir faire le jour sur les rapports entre flics, hommes d’affaires et malfrats. Pour ce personnage, le réalisateur Philippe Lefebvre s'est inspiré de Philippe Isard, qui fut pendant treize ans commandant de la mondaine dans les beaux quartiers de Paris.

 

Sara Forestier joue une jeune femme flic qui accompagne le temps d'une nuit un commandant de la Mondaine en disgrâce dans sa tournée des boîtes et des bars de Paris. Un personnage féminin faussement naïf, dans un milieu plutôt plus viril, qui va découvrir en même temps que le spectateur un Paris méconnu.

Interview de Sara qui nous donne ses impressions du tournage : "Une nuit est un film noir qui prend le temps de s'installer, qui détonne dans la production actuelle, c'est l'un des aspects du film qui vous a attiré ?"

Sara Forestier : Oui, c'est vraiment la singularité du film que l'on retrouvait déjà dans le scénario. C'est un film noir dans la plus pure tradition qui tient sur une intrigue. Le suspense du film c'est ce flic de la Mondaine qui travaille dans le monde de la nuit et qui se rend compte qu'il a l'IGS aux fesses et qui va essayer en une nuit de découvrir qui l'a trahi. Tout au long de ses rencontres avec ses amis, ses ennemis, on se demande s'il va s'en sortir. Finalement on se questionne de savoir si c'est un flic bien, s'il est corrompu... Le suspense du film n'est pas comme dans les polars modernes dans lesquels on ajoute de la tension avec des flingues, des films « clipés » à l'américaine avec beaucoup de testostérone... tout cela paraît au final un peu superficiel. Ce qui m'a plu dans Une nuit, c'est que c'était tout son contraire, la tension, le suspense tient dans son intrigue. C'est un film très sobre, en retenu, qui lui donne vraiment sa crédibilité.
"Une nuit fait aussi place à un binôme masculin et féminin. Comment décrivez-vous votre personnage qui est aussi observateur ?"
Sara Forestier. : Dans les polars, les rôles de jeunes femmes sont souvent des clichés de la féminité, qu'elle soit femme fatale ou femme tout court dans un univers très masculin. Le personnage de Laurence dans Une nuit, nuance un peu les personnages traditionnels dévolus aux femmes dans les polars. Elle est une jeune femme qui n'apporte pas une féminité particulière au film. Le personnage aurait très bien pu être un homme. Ce qui fait sa singularité, c'est sa retenue, son écoute. Il existe vraiment dans son rapport, dans le regard qu'il porte sur le personnage de Roschdy Zem. Laurence ne connaît rien au monde de la nuit, elle se retrouve chauffeur de ce flic de la Mondaine, elle va découvrir ce monde en l'accompagnant dans sa tournée des boîtes de nuit. En découvrant ce monde, elle va aussi découvrir cet homme avec ses contradictions, son ambigüité. Ce qui est beau dans cette relation, c'est que sans énormément se parler, ils vont s'apprivoiser dans les silences, dans les non-dits. Les circonstances favorisent aussi cet échange : passer une nuit entière avec quelqu'un n'est pas pareil que passer une journée complète.

Synopsis : Paris. Simon Weiss, commandant à la Brigade Mondaine, entreprend, comme chaque soir, sa tournée des établissements de nuit. Son métier. Une nuit, mais pas comme les autres… Très vite Weiss comprend qu’on veut le piéger. Pris en tenaille entre la police des polices et les voyous, Weiss va se défendre, affronter flics, hommes d’affaires et malfrats...

Philippe Lefebvre (à droite) est surtout un réalisateur de télévision. Il a su garder, en passant au cinéma, une belle sobriété qui donne un film efficace. On est moins surpris lorsqu'on découvre qu'il a été assistant réalisateur dans "Peur sur la ville" de Henri Verneuil. Au centre de son film, la question de la ligne à ne pas dépasser lorsqu'un flic côtoie le monde de la nuit. Un problème brûlant d'actualité avec l'arrestation récente du numéro 2 de la PJ de Lyon, Michel Neyret. Un polar à la française que je recommande fortement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Latuile76 - dans Les incontournables
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de latuile76
  • Le blog de latuile76
  • : Pour tous ceux qui aiment le cinéma et les séries TV ! Sur ce blog, je donne tout simplement les impressions sur ce que je regarde...
  • Contact

Recherche

Liens